"On examinera les chiffres qui, pour l'instant, ne semblent pas aller dans la bonne direction", nuance-t-elle cependant.

Lors du dernier comité de concertation, le 27 novembre dernier, le fédéral et les entités fédérées avaient annoncé une évaluation de la situation début janvier, les mesures édictées ce vendredi-là étant en vigueur jusqu'au 15 janvier.

Depuis lors, des voix se sont élevées pour appeler à procéder à cette évaluation dès le comité de concertation du 18 décembre prochain, convoqué pour traiter diverses thématiques non liées au Covid-19. Dès samedi, Pierre-Yves Jeholet (MR), ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et à ce titre membre du comité de concertation, réclamait ainsi une réévaluation des mesures concernant la bulle sociale durant les fêtes et la fermeture des salons de coiffure. Au MR, et dans une moindre mesure au PS, plusieurs élus ont lancé des appels en ce sens.

Dès dimanche, le Premier ministre Alexander De Croo a indiqué ne pas voir s'assouplissement possible d'ici la mi-janvier. Mardi, le cabinet Vandenbroucke a confirmé que "les chiffres" seront bien évalués, ajoutant que les chiffres de l'épidémie n'allaient pas dans la bonne direction.

Sur les réseaux sociaux, le président du MR Georges-Louis Bouchez s'est fendu d'un communiqué dans lequel il précise que son parti "n'a, à aucun moment, revendiqué un déconfinement pour Noël".