La question agite nos politiques : l'obligation vaccinale fait son entrée dans les débats à la Chambre cette semaine. Les socialistes flamands se sont déjà positionnés en faveur de celle-ci, mais leur président Conner Rousseau a réaffirmé son opinion auprès du Standaard ce lundi.

"Tant qu'un certain pourcentage de Flamands et de Belges ne sont pas vaccinés, le virus a suffisamment de place pour faire des victimes", a avancé Conner Rousseau. 88% de la population belge est vaccinée pour l'instant selon les chiffres de Sciensano, mais "à l'heure actuelle, la liberté de 10 % de la population est prioritaire sur celle de 90 % de la population", a regretté le socialiste.

Le président de Vooruit veut faire peser la responsabilité de leur choix aux non vaccinés, qui ont des conséquences sur la santé publique. "Nous ne voulons pas injecter un vaccin dans les bras des non-vaccinés contre leur gré, les menacer de peines de prison ou leur imposer une amende. Ce que nous voulons faire, c'est leur faire supporter (et seulement à eux) les conséquences de leur choix de ne pas se protéger et de ne pas protéger les autres".

Ainsi, Rousseau estime que les lieux publics, à savoir tous les restaurants, cafés, boites de nuit et lieux culturels, "où ils pourraient se contaminer et contaminer les autres" devraient leur être interdits car cela "menace de surcharger le système de santé."

A contrario, ces lieux devraient pourvoir être ouverts pour les personnes vaccinées. "La patience a assez duré. Sans certificat de vaccination, vous ne pouvez entrer nulle part, mais avec un certificat de vaccination, vous pouvez entrer partout", a-t-il martelé.