Comment voyez-vous l’avenir de la Belgique ?

"L’avenir de la Belgique, pour moi c’est toujours la Belgique. La structure de l’État n’est pas un but en soi. La réforme de l’État doit se faire sans tabou dans un esprit de simplicité, d’efficacité, de solidarité. On a beaucoup de politiciens en Belgique : 41,5 sur 100 000 habitants et 13 dans les pays voisins. Je n’ai jamais compris pourquoi la Wallonie a deux gouvernements et la Flandre un seul."

Un gouvernement pour tous les francophones ?

"Ça me semble logique si tu veux organiser efficacement et avec transparence. "

Devons-nous avoir une communauté francophone comme une communauté flamande ?

"Oui, mais il y a aussi des Flamands à Bruxelles, tout le monde a son identité. Avec le PS, nous voulons imaginer les contours de la Belgique de demain, après 2 024."

La réforme de l’État mais quid de Bruxelles ?

"Quatre Régions, pourquoi pas ? Et un statut "sui generis" pour Bruxelles. Pour les Bruxellois, il faut simplifier, les choses doivent être plus claires aussi."