Après avoir annoncé une série de nouvelles mesures pour les maisons de repos en Wallonie, notamment le testing hebdomadaire du personnel dans chaque home, Christie Morreale en appelle aux volontaires pour aider les soignants dans la gestion de la crise du coronavirus.

"Il faut faire un appel à la population, aux aides familiales, aux infirmières à domicile qui peuvent venir travailler dans les maisons de repos, à toutes les personnes qui ont une qualification", a expliqué la ministre wallonne de la Santé sur RTL ce jeudi matin. La difficulté du secteur des soins de santé, c'est qu'il existe rarement une "équipe B" pour prendre la relève lorsque du personnel doit être écarté, par exemple à cause d'une contamination au Covid. C'est pourquoi Christie Morreale veut aussi permettre à des personnes sans emploi de se présenter pour aider dans les maisons de repos: "Via un partenariat avec le Forem, on fera appel à toutes les personnes inoccupées et qui ont une formation d'aide soignant pour venir travailler en renfort". "On aura besoin de mains, de gens qualifiés", répète-t-elle. Et si cela n'est pas suffisant, "on élargira à d'autres personnes, qui aideront pour les repas, la logistique, le nettoyage et on les formera aussi à l'hygiène", a ajouté la ministre wallonne, qui a précisé que ces volontaires seraient payés. Pour rémunérer ce nouveau personnel, Christie Morreale avait annoncé qu'un budget de 400 euros par lit serait attribué aux maisons de repos


En Flandre, la ministre de l'Emploi Hilde Crevits (CD&V) a mis en place la plateforme helpindezorg.be, pour pallier le même problème. Via ce site internet, les maisons de repos et autres institutions de soin peuvent faire la liste de leurs besoins. Les profils des chômeurs temporaires, indépendants et jobistes qui sont pour l'instant inoccupés (comme par exemple ceux travaillant dans l'horeca ou l'événementiel) y seront répertoriés, et ces personnes pourraient donc venir en aide au secteur des soins de santé. Il s'agirait notamment de livrer des repas, d'accueillir et orienter les visiteurs, de désinfecter le matériel, de travailler au centre d'appels, etc. Les candidatures se font sur base volontaire. "Il s'agit d'emplois temporaires bien définis dans le secteur des soins. Quand l'employeur originel redémarrera son activité, l'employé pourra rapidement y retourner." Le gouvernement flamand demande d'ailleurs au ministre fédéral Pierre-Yves Dermagne de clarifier la possibilité d'être employé ailleurs pendant le chômage temporaire. Ces emplois seront payés selon les barèmes en vigueur dans le secteur des soins et les indépendants pourront facturer leurs services.