Ce renfort pourra être activé à n'importe quel moment, ou être désactivé en cas d'évolution favorable de l'épidémie ou si de nouvelles mesures viennent diminuer le besoin de transport en commun.

Au total, une centaine de bus par jour pourront être mobilisés, sur des tronçons de lignes ou à certaines heures, l'heure de pointe du matin étant la plus problématique.

Ce recours à des renforts d'autobus et d'autocars privés est la seule option praticable pour une augmentation de l'offre de transport pendant ces heures de pointe, l'offre TEC étant déjà pleinement déployée, avec l'ensemble du matériel roulant et des chauffeurs disponibles, précise-t-on du côté du cabinet du ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry.

Il s'agit d'une mesure d'urgence, exceptionnelle et limitée dans le temps, assortie d'un budget de 10 millions d'euros dégagé lors du conclave budgétaire. Le réseau reste et restera exploité par le TEC, avec des moyens publics, y précise-t-on en appelant enfin chacun à réduire ses déplacements non essentiel ou encore à utiliser des modes actifs (marche, vélo) de manière prioritaire en ville.