Frédérique Jacobs, porte-parole interfédérale, a rappellé qu'on constate depuis mi-juillet, "une réelle augmentation du nombre de personnes infectées, ce qui n'est pas explicable par la hausse du nombre de tests réalisés qui, elle, n'est que de 20%".

"Avec nos efforts conjoints, nous parviendrons à éviter une deuxième vague", a-t-elle souligné, indiquant que d'autres pays européens connaissent aussi une recrudescence du virus.

Pour rappel, le nombre moyen d'infections au coronavirus continue d'augmenter et est passé à 490,7 par jour entre le 24 et le 30 juillet, a indiqué lundi l'Institut de santé publique Sciensano. Cela représente une augmentation de 68% par rapport à la semaine précédente. En ce qui concerne les hospitalisations, il y a eu 24 nouvelles admissions en moyenne ces 7 derniers jours, ce qui correspond à une hausse de 35% par rapport à la semaine passée. On compte 271 personnes hospitalisées en raison du Covid, dont 58 en soins intensifs. La semaine passée, on déplorait 2,7 décès par jour.

"Le virus circule intensément sur notre territoire, les chiffres continuent à augmenter", a prévenu celle qui dirige la clinique des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Erasme. On observe 13 communes, où 1 personne sur 1000 a été infectée la semaine dernière.


"Nous constatons des augmentations à plusieurs endroits"

"Le nombre de personnes admises aux soins intensifs a doublé depuis le début du mois de juillet. Cette augmentation est constatée dans tout le pays, et pas seulement à Anvers. Nous constatons des augmentations à plusieurs endroits, dans presque toutes les provinces, principalement dans les quartiers densément peuplés, à faible statut économique", a poursuivi l'experte.


La majorité des infections surviennent chez les gens de 20 à 40 ans, mais celles-ci augmentent dans tous les groupes d'âge. "Beaucoup de gens en ont assez du coronavirus, il y a une tendance à critiquer les mesures qui sont prises. Certains en viennent même à douter de la gravité de l'infection. De nombreuses idées fausses circulent et la théorie du complot vit de belles heures. Certaines personnes - et particulièrement les jeunes - ne se sentent pas concernées. Mais elles ont toutes des proches plus âgés à qui elles pourraient transmettre l'infection...", a mis en garde Frédérique Jacobs.


"Le télétravail doit être encouragé"

Antoine Iseux, du Centre national de crise, a pour sa part rappelé que le télétravail était fortement recommandé dans les secteurs où il est possible de le mettre en place. "Il est important de limiter nos contacts", a-t-il conclu, rappelant l'importance de respecter sa bulle de 5 contacts.