Le groupe de 10 experts qui préparera le déconfinement graduel du pays est constitué, a annoncé lundi la Première ministre, Sophie Wilmès. L'on y retrouve quelques noms connus depuis la crise du coronavirus, comme les professeurs Van Ranst et André.

La Première ministre a annoncé la semaine passée à la Chambre la création de ce "Groupe d'Experts en charge de l'Exit Strategy" (GEES). Il est chargé "d'élaborer une vision stratégique afin de guider la période d'assouplissement des mesures prises dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus". La présence de représentants du monde scientifique et médical est importante. On retrouve:

Erika Vlieghe, cheffe du Service des maladies infectieuses de l'hôpital universitaire d'Anvers présidera le groupe. Après avoir mené des recherches en Ouganda et au Cambodge, elle était devenue coordinatrice nationale d'Ebola en octobre 2014.

Le virologue et épidémiologiste à l'Université catholique de Louvain, Marc Van Ranst. Membre du Risk Assessment Group, il évalue au jour le jour le risque qui existe pour la population. Omniprésent dans les médias, le virologue n'hésite pas à dire ce qu'il pense s'attirant les foudres de certains.

© BELGA

Le virologue et porte-parole francophone interfédéral de la lutte contre le covid-19, Emmanuel André. C'est lui qui fait le point tous les jours à 11 heures sur l'évolution de l'épidémie dans notre pays. Annonçant le nombre de cas, hospitalisations, décès et guérisons, il travaille également pour la task force cherchant à augmenter le nombre de tests de dépistage en Belgique.

© BELGA

L'épidémiologiste à l'université libre de Bruxelles et maître de recherches du Fonds national de la recherche scientifique, Marius Gilbert. Il est notamment passé par l'université d'Oxford où il a été chercheur invité pendant deux ans. Très actif sur Twitter depuis le début de l'épidémie, le scientifique commente de façon quotidienne les chiffres exposés par le centre national de crise, qu'il illustre sous forme de graphique

© REPORTERS

Le biostatisticien Niel Hens, professeur à l'UHasselt. Spécialisé dans le développement de modèles mathématiques de maladie infectieuse, l'homme prévoit l'évolution d'une pandémie telle que nous connaissons actuellement.

L'économiste Mathias Dewatripont. Professeur à l'ULB, il était en lice pour obtenir une place à la Banque nationale. Même s'il ne l'a pas obtenue, il sera d'une grande aide pour éclairer les spécialistes sur la situation économique actuelle dans notre pays.

Le gouverneur de la Banque nationale, Pierre Wunsch. Ayant travaillé pour Didier Reynders alors ministre des Finances et arrivé à la tête de la Banque nationale en 2019, le docteur en économie plaide depuis le début de cette crise sanitaire pour que les Belges continent à travailler dans la mesure du possible afin d'atténuer l'impact de la crise sanitaire.

© BELGA

La secrétaire générale de la Fédération des Services sociaux, Céline Niewenhuys. Elle tente de prévoir les crises sociales qui risquent de découler de la situation actuelle, telles que des pénuries alimentaires.

L'administrateur de sociétés Johnny Thijs. Ancien CEO de Bpost, il a joué un rôle important dans la rénovation de l'entreprise. En octobre 2019, il rejoint le conseil d'administration d'Electrabel.

© BELGA

La juriste Inge Bernaerts. Détentrice d'un master en Droit européen, elle commence à travailler à la Commission européenne en 2003. Elle était jusqu'à l'année dernière à la tête du cabinet de la commissaire européenne, Marianne Thyssen.

"Une période déterminante pour éviter une recrudescence de l'épidémie"

"Je crois beaucoup en l'intelligence collective, qui plus est dans une crise aussi inédite que celle que nous vivons en ce moment", a expliqué Mme Wilmès. "Notre pays ne manque ni d'expertise, ni de savoir, ni de talent. C'est une force vive qui doit guider le politique dans les décisions qu'il prend. Nous savons que la gestion de la période de transition vers un retour à la normale sera déterminante pour éviter une recrudescence de l'épidémie. Nous prenons aussi cela très au sérieux. C'est la raison pour laquelle nous nous y préparons dès maintenant".