Ce mardi au Parlement, Alexander De Croo a abordé les sujets qui seraient traités jeudi lors du sommet européen. Et le coronavirus et toutes les mesures qui l'accompagnent constituent évidemment l'un des points les plus importants de l'ordre du jour.

Le Premier ministre a annoncé que la Belgique était déjà d'accord avec la proposition de la Commission européenne de limiter à neuf mois la période de validité standard des certificats relatifs au coronavirus, et cela à compter de la fin du premier cycle de vaccination. Selon Alexander De Croo, les discussions sont toujours en cours pour savoir si cette règle doit entrer en vigueur le 1er février ou le 1er mars. Cette limitation dans le temps s'appliquerait alors également au Covid Safe Ticket (CST), qui est le certificat Covid utilisé dans notre pays.

Avec sa proposition, la Commission suit les lignes directrices du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Ce dernier recommande un vaccin de rappel au bout de six mois, mais ajoute trois mois supplémentaires pour donner aux citoyens la possibilité de se faire réellement vacciner. La Belgique est déjà en pleine campagne de boosteret espère pouvoir passer à la vitesse supérieure.

De Croo a plaidé dans l'hémicycle pour une coordination maximale avec les autres pays de l'UE afin de préserver les voyages intra-européens, le fonctionnement du marché intérieur et les régions frontalières. C'est un plaidoyer qui est fait dans toutes les capitales, mais cela ne change rien au fait que différents pays ont déjà établi leurs propres règles. Par exemple, en France, après le 15 janvier, le "pass sanitaire" sera retiré à toute personne n'ayant pas reçu un rappel administré sept mois après sa première vaccination.

En ce qui concerne les voyages, la Belgique souhaite également que le statut vaccinal prime sur la zone d'où provient une personne qui passe par notre pays. Le fait qu'un voyageur provienne d'une zone rouge ou rouge foncé est alors moins important que son historique de vaccination.