Cela a été confirmé à Belga, à la suite de consultations pédagogiques entre le ministre Ben Weyts (N-VA), les syndicats et les enseignants. Les mesures supplémentaires qui ont été introduites la semaine dernière restent en place et les élèves de l'enseignement primaire se verront également attribuer des places fixes dans la salle de classe et au réfectoire. 

Les inquiétudes dans le domaine de l'éducation augmentent depuis quelques semaines en raison de l'augmentation des contaminations au coronavirus et de l'apparition des différents variants sur notre territoire. C'est pourquoi, la semaine dernière, il a été décidé d'organiser une semaine d'enseignement à distance pour les élèves du secondaire dans la semaine précédant les vacances de carnaval. La stratégie de dépistage a également été renforcée, les enfants de l'école primaire qui sont entrés en contact avec un enfant infecté sont désormais également considérés comme des contacts à haut risque, et les masques buccaux sont obligatoires en cinquième et sixième année en cas d'infection dans la classe.

Comme la situation est devenue encore plus grave entre-temps - près d'une infection au Covid-19 sur cinq est désormais diagnostiquée chez les enfants et les adolescents - les syndicats estiment que des mesures supplémentaires sont nécessaires. Le syndicat socialiste ACOD a plaidé pour l'introduction d'une semaine de congé supplémentaire dans les écoles primaires également, mais le ministre Weyts et les autres syndicats n'y étaient pas favorables. Selon eux, cela signifierait que de nombreux enfants devraient être emmenés dans des crèches, ce qui conduirait une fois de plus à une augmentation des contacts entre différentes bulles.

Mardi soir, il a été décidé que les activités extrascolaires pour les enfants et les adolescents se dérouleront par groupes de dix personnes maximum. Les parents sont également invités à limiter les activités de leurs enfants à un seul passe-temps ou une seule activité par semaine. À la lumière de cette décision, il a donc été décidé, lors de la consultation sur l'éducation de ce mercredi, de ne pas prendre de nouvelles mesures importantes.