Les livraisons du produit développé par Moderna étant plus incertaines, la task force annonce une moyenne hebdomadaire de 15.750 premières doses, afin de ne pas mettre en danger la deuxième injection. La task force communique mardi ses estimations théoriques pour l'administration des vaccins de Pfizer et Moderna, basées sur la situation du vendredi 26 février. Ces calculs "ne prennent pas en compte les aspects opérationnels de la distribution et de la logistique", précise-t-elle. Une même simulation est en cours d'élaboration pour le vaccin AstraZeneca.

Dans ces tableaux théoriques, on apprend que 114.660 doses du vaccin Pfizer doivent être livrées en Belgique cette semaine. Les prochaines semaines, 117.000 unités sont attendues hebdomadairement.

Cette semaine, 90.893 doses du vaccin Pfizer devraient être administrées: 70.000 comme première injection et 20.893 comme seconde dose. La task force prévoit qu'une moyenne hebdomadaire de 70.000 premières injections peut être maintenue jusqu'à fin mars sans compromettre l'administration d'une deuxième dose. Trois semaines doivent s'écouler entre les deux injections. Des réserves sont également constituées par les entités fédérées, au cas où les livraisons ne s'effectuent pas comme prévu. Pour cette semaine, la réserve Pfizer s'élève à 17.550 doses.

Pour le vaccin Moderna, les livraisons sont plus incertaines. L'injection d'une première dose doit dès lors se faire avec prudence. La task force estime que la Belgique peut administrer 15.750 premières doses jusqu'au 5 avril sans compromettre la seconde injection. Ici, quatre semaines s'écoulent entre les deux doses.