Entre le 26 septembre et le 2 octobre, 1.900 personnes en moyenne ont été contaminées chaque jour par le SARS-CoV-2, soit un recul de 2% par rapport à la période de sept jours précédente. Mardi 5 octobre, 748 personnes occupaient un lit d'hôpital en raison d'une infection par le coronavirus, contre 702 le mardi 28 septembre (+7%). Parmi ces malades, 210 étaient soignés aux soins intensifs, contre 207 la semaine précédente (+1%).

En outre, 8,3 personnes en moyenne sont décédées quotidiennement des suites du virus (+7%) entre le 26 septembre et le 2 octobre. Depuis l'apparition de la maladie en mars de l'année dernière, 25.640 en sont mortes en Belgique.

Actuellement, le taux de reproduction du virus stagne aux alentours de 1 (1,04). Lorsqu'il est supérieur à 1, cet indicateur signifie que l'épidémie tend à s'accélérer. Depuis le début de la pandémie en Belgique, plus de 1.250.000 cas d'infection au coronavirus ont été diagnostiqués.

L'incidence, qui renseigne le nombre de nouveaux cas pour 100.000 habitants, atteint 232,8 sur 14 jours. Entre le 26 septembre et le 2 octobre, c'est à Bruxelles que le nombre de nouvelles contaminations détectées a été le plus élevé (2.682 cas, pour une incidence de 459/100.000), suivie par la province Liège (2.311 cas, pour une incidence de 440/100.000). Dans la capitale comme en région liégeoise, la tendance est cependant à la baisse (respectivement -8% et -10% par rapport à la période s'étalant entre le 19 et le 25 septembre). La communauté germanophone enregistre, elle, l'incidence la plus élevée avec 566 cas sur 100.000 habitants. En chiffres absolus, cela représente 236 contaminations, contre 206 durant la période précédente (+15%). La province d'Anvers enregistre la plus forte hausse (+17%, passant de 1.432 à 1.677 infections) mais conserve une faible incidence (166/100.000).

Près de 44.600 tests en moyenne ont été effectués quotidiennement entre le 26 septembre et le 2 octobre (près de 312.000 dépistages au total), pour un taux de positivité de 4,7%. Les enfants âgés de 0 à 9 ans, pour lesquels aucun vaccin n'a encore été autorisé par l'Agence européenne des médicaments (EMA), sont les plus touchés, avec un taux de positivité de 9,2%. Les 65 ans ou plus, première cible de la campagne de vaccination nationale, arborent le taux le plus bas (3,1%).

Il y a deux semaines, les entreprises pharmaceutiques américaine et allemande Pfizer et BioNTech ont déclaré leur vaccin commun "sûr" pour les 5-11 ans. Ces premières données cliniques pour ce groupe d'âge doivent encore être soumises aux autorités sanitaires. L'EMA et la FDA américaine ont déjà autorisé les vaccins de Pfizer/BioNTech et Moderna, basés sur la technologie de l'ARN messager, à partir de 12 ans.

En Belgique, 73% de la population totale (85% des adultes) bénéficient d'une protection vaccinale complète.