Depuis le début de la seconde vague en Belgique, on a pris l'habitude de voir Alexander De Croo présider les Comités de concertation, toujours fidèlement accompagné par son ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke. Généralement, les deux hommes, bien que n'appartenant pas à la même famille politique, étaient sur la même longueur d'ondes, défendant une gestion prudente de la crise sanitaire face aux demandes d'assouplissements de nombre de leurs collègues. Mais depuis quelques semaines, le lien qui unissait les deux polticiens semble s'être brisé.

"Depuis que le gouvernement a pris ses fonctions, ils ont formé un tandem très fort, qui était généralement assez résolument sur la ligne des experts", analyse Dave Sinardert, politologue à la VUB, dans les colonnes de De Morgen. "Ce tandem s'est désormais effondré", avance le politologue.

"À la mi-mars, il y a déjà eu un Comité de concertation où De Croo n'a pas soutenu Vandenbroucke, lorsque ce dernier plaidait pour davantage de restrictions pour les vacances de Pâques. Une semaine plus tard, ces restrictions ont finalement été appliquées", se remémore Dave Sinardet. "Maintenant, la brèche entre De Croo et Vandenbroucke est encore plus évidente. Cela en dit long sur l'évolution de la politique et sur le rôle que joue De Croo", estime-t-il encore.

En effet, lors du dernier Codeco de ce mardi 11 mai, le ministre de la Santé est apparu plus isolé que jamais, sans pouvoir compter sur le soutien de son Premier ministre. Visiblement irrité, le socialiste flamand n'a d'ailleurs pas pris part à la traditionnelle conférence de presse à l'issue de la réunion.