A cause de la guerre en Ukraine, le prix des matières premières a fortement augmenté. Ceux de l'énergie atteignent même des sommets et l'inflation ne cesse d'augmenter.

Le Vice-Premier ministre fédéral, notamment en charge des Classes moyennes, des Indépendants, des PME et de l'Agriculture, a eu une réunion avec le SPF Economie en fin de semaine dernière. Et les nouvelles ne sont pas très réjouissantes selon lui. "On voit par exemple que les gens commencent à faire plus de crédits à la consommation. C'est-à-dire qu'ils commencent tout doucement à avoir des difficultés à pouvoir acheter des biens de consommation, une télévision, etc. Quelque part, ce sont des nouvelles qui sont assez inquiétantes", confie-t-il.

David Clarinval confiait même que la crise liée à la guerre en Ukraine sera pire que celle causée par le coronavirus: "Je suis assez pessimiste. J'ai vécu la crise du Covid de l'intérieur, donc je peux vous dire l'impact socio-économique que va avoir la guerre…".

Le libéral précisait toutefois que l'inflation était déjà en place en fin d'année dernière. Mais le mécanisme a été accentué à cause de la guerre et tous les secteurs vont être touchés par l'augmentation des matières premières: "Il y a tout le secteur alimentaire avec les farines, les huiles, les beurres qui vont augmenter très fort. Dans la construction par exemple, tous les matériaux de construction vont augmenter et sont déjà en augmentation énorme. Donc ça va toucher tous les candidats bâtisseurs, les secteurs métalliques,… Donc vous avez dans les secteurs économiques vraiment un impact majeur qui va se répercuter", détaille-t-il.

Avant de conclure: "Je crains que nous soyons confrontés à des conditions macroéconomiques difficiles en Belgique".