Belgique

Le ministre de la Défense, Pieter De Crem, a reçu mardi les représentants des syndicats militaires pour les rassurer sur les modalités de mise en oeuvre des évaluations physiques pour le personnel militaire et les négociations devraient reprendre avec l'état-major, a-t-on appris de sources concordantes. Les syndicats avaient demandé cet entretien pour faire part de leurs inquiétudes à propos de la suppression de la possibilité donnée aux militaires de pratiquer du sport trois fois par semaine pour préparer des tests physiques annuels - susceptibles d'avoir, en cas d'échec, des conséquences statutaires. Trois d'entre eux avaient menacé la semaine dernière de mener des actions s'ils n'obtenaient pas gain de cause et annoncé la suspension de leur participation aux discussions sur l'exécution des nouveaux statuts.

Lors de cette rencontre d'une heure et demie, M. De Crem (CD&V) a "écouté très attentivement" les points de vue des syndicats, qui ont essentiellement porté sur l'adaptation des modalités de mise en oeuvre des tests militaires d'aptitude physique (TMAP), appelés à devenir des "Physical Evaluation Fitness" (PhEF), a indiqué le cabinet du ministre dans un communiqué publié sur son site internet.

La CGSP Militaires s'est déclarée "très satisfaite" de l'entretien, le ministre s'étant, selon elle, engagé à "vivement conseiller" au chef de la Défense, le général Gerard Van Caelenberge, de revenir au document négocié entre la hiérarchie militaire et les syndicats sur le nouveau statut du personnel.

Les militaires sont soumis depuis le 1er janvier à ce nouveau statut, appelé G1. Il stipule notamment que tous - y compris ceux qui sont affectés à un travail de bureau et les techniciens - doivent réussir annuellement les tests physiques. Deux échecs successifs risquent d'entraîner une radiation.

Il avait été convenu lors des négociations sur le nouveau statut que tous les militaires auraient droit à trois périodes effectives d'entraînement physique et sportif distinctes par semaine, de chacune 45 minutes. Mais cet engagement a été supprimé à la suite de la plainte de certains chefs de corps qui craignaient de voir le fonctionnement de leur unité perturbé.

Selon le secrétaire permanent de la CGSP Militaires, Patrick Descy, et son homologue flamand, Dirk De Boodt, les syndicats sont prêts à reprendre dans les prochaines semaines les discussions sur l'exécution des nouveaux statuts.

Dans son communiqué, M. De Crem souligne que "tout le monde est d'accord qu'un militaire moderne doit posséder une bonne condition physique".

"Toutefois, il est également évident que les militaires doivent recevoir les opportunités nécessaires afin qu'ils puissent se préparer de la meilleure façon possible pour leurs tests physiques", ajoute le ministre.

M. De Crem a demandé aux syndicats représentatifs de bien vouloir "poursuivre les consultations avec les autorités militaires afin de trouver une solution mutuellement acceptable et réalisable", conclut le texte.