"Un jour, un soir noirs, après une semaine intensément belle. 28 familles, deux groupes scolaires touchés en plein coeur. Toute la Belgique était sous le choc." Il y a 10 ans, le 13 mars 2012, 28 personnes dont 22 enfants de Lommel et Heverlee ont perdu la vie dans un accident de car dans un tunnel de Sierre, en Suisse.

Les proches des victimes ont d'abord pu se recueillir à l'abri des regards dans le tunnel autoroutier où a eu lieu l'accident. Une plaque avec les noms des victimes a été apposée sur le mur en béton percuté par le car il y a 10 ans.

Les familles se sont ensuite réunies sur le site du lac de Géronde, au-dessus du tunnel, où a été érigé un mémorial en 2015. A leurs côtés, une importante délégation officielle composée notamment du président de la Confédération suisse Ignazio Cassis, du premier ministre belge Alexander De Croo, du ministre d'Etat néerlandais Piet Hein Donner, du conseil d'Etat valaisan in corpore ainsi que des autorités judiciaires suisses et belges et des représentants des forces d'intervention qui sont intervenues lors du drame.

"Perdre celui qui vous est le plus cher: votre enfant, votre partenaire. (...) C'est le côté le plus cruel de la vie", a ajouté dans son discours Alexander De Croo. "10 ans, cela parait long mais la douleur, le vide, le manque ne disparaissent jamais. C'est plus doux peut-être parfois, moins brutal, mais toujours là. C'est un vide que rien ni personne ne pourra jamais combler."

"Mais dans ce vide, vivent aussi les souvenirs. Des beaux moments, des amitiés enthousiastes et intenses, des petites choses du quotidien. Et il y a la solidarité", a souligné le Premier ministre.

"Chacun fait face à sa manière mais sachez que nous ne vous laissons pas tomber", a-t-il assuré. "Nous voulons continuer à porter cela avec vous. Et c'est peut-être le meilleur hommage que nous puissions rendre aux victimes. De ne pas seulement continuer à prononcer leur nom et partager leurs histoires mais en étant aussi toujours là les uns pour les autres et en continuant à porter les souffrances de chacun. J'espère du fond du cœur que vous ressentez cette solidarité."

Alexander De Croo a terminé en remerciant spécialement tous les services de secours, ainsi que les Suisses "qui ont soutenu les familles belges".

"Vous avez montré à la Belgique la grandeur du coeur des Suisses. Nous ne l'oublierons jamais", a-t-il sobrement conclu. "De tout mon coeur, un immense merci!".

Elio Di Rupo, Premier ministre à l'époque, a également posté un message sur les réseaux sociaux dimanche. "Les images et le climat dramatique sans nom ne s'effaceront jamais de ma mémoire", écrit-il. "Cet effroyable événement a sans aucun doute été le moment le plus difficile de mon mandat de Premier Ministre. Ces enfants étaient devenus mes enfants et j'ai partagé la souffrance insupportable des parents. Après 10 ans, nos pensées sont toujours avec les victimes, leur famille et leurs amis."

Le président de la Confédération Ignazio Cassis, s'est lui aussi exprimé lors de la cérémonie devant le mémorial érigé après la catastrophe. "Dix ans après, nous n'oublions pas", a-t-il déclaré. "Aujourd'hui, toutes nos pensées vont à vous, chères familles, à vous qui avez perdu un être cher dans ce tragique accident".

"Ce jour-là, ce sont la Belgique, les Pays-Bas et la Suisse toute entière qui ont été bouleversés par ce drame, qui ont partagé votre douleur, a poursuivi le président de la Confédération

Le bus transportait 52 personnes: 46 enfants, dont neuf de nationalité néerlandaise, mais aussi deux instituteurs, deux accompagnateurs et deux chauffeurs. Les six adultes ainsi que 22 enfants ont perdu la vie dans l'accident. Dix-sept enfants étaient scolarisés à l'école primaire 't Stekske à Lommel et cinq à l'école primaire Sint-Lambertus à Heverlee.

Les secours sont arrivés sur place 17 minutes après l'accident. Environ 200 personnes, 12 ambulances et huit hélicoptères sont intervenus dans cette opération qui a duré plus de huit heures.

Les causes exactes de l'accident n'ont jamais pu être formellement déterminées et la procédure pénale a été classée en 2015.