M. De Wever dit avoir reçu de nombreuses questions de la part de propriétaires d'établissement de restauration au sujet de la réouverture des terrasses. "Si l'arrêté ministériel n'est publié que tardivement vendredi et que les règles sur l'interdiction de se réunir prennent déjà effet à minuit, c'est évidemment difficile", a-t-il déclaré dans l'émission "De Ochtend".

Le bourgmestre nationaliste assure qu'il fera appliquer la loi, mais en ce qui concerne l'interdiction des écrans en plexiglas dans l'Horeca, la police se fera discrète. "Le gouvernement doit revenir sur cette mesure", a-t-il insisté.

La ministre Verlinden, également invitée de la matinale de la VRT, a admis que la communication à ce sujet n'avait pas été claire. "Dans le protocole conclu entre le gouvernement et le secteur (de l'Horeca, ndlr.), les tables pouvaient être plus rapprochées, mais en réalité, cela ne peut pas être le cas", a-t-elle souligné. La publication vendredi seulement du décret ministériel est due au fait que l'avis du Conseil d'État n'a été reçu que jeudi soir à 21h45, se défend Mme Verlinden. La ministre indique toutefois que toutes les règles figuraient déjà dans le projet d'arrêté royal du 29 avril. Les bourgmestres avaient alors reçu ce texte par l'intermédiaire des gouverneurs, a-t-elle déclaré. M. De Wever a confirmé, mais "ces textes restent bien entendu provisoires", a-t-il relevé". "Le diable est dans les détails", a-t-il ajouté.

La ministre a dit comprendre la frustration des propriétaires horeca. "Au vu des nombreuses questions", ce point sera d'ailleurs inscrit à l'ordre du jour du prochain Comité de concertation, qui se tient mardi prochain, a-t-elle fait savoir. "Bien sûr, nous voulons donner la possibilité au plus grand nombre d'avoir une terrasse, mais cela doit se faire en toute sécurité. Nous devons écouter ce que disent les scientifiques et les experts pour rester prudents. Davantage de personnes se trouvent à l'hôpital et aux soins intensifs qu'il y a un an", a-t-elle encore pointé.

Le vice-premier ministre Vincent Van Peteghem (CD&V) s'était également excusé vendredi pour le manque de clarté dans la communication relative aux écrans en plexiglas.