Vendredi après-midi et jusque tard dans la soirée, les principaux ministres du gouvernement De Croo, réunis en kern, ont discuté de la délicate répartition des gros postes dans les entreprises publiques et autres organismes publics du niveau de pouvoir fédéral.

En soirée, un accord entre les partis flamands était obtenu tandis que les partis francophones discutaient encore. Mais un deal vient de tomber également entre le MR, le PS et Ecolo.

Sur la base de la répartition des divers mandats (en fonction de l’application de la clef D’Hondt), l’essentiel du deal entre partis flamands se décline de la sorte : le CD&V conserve le poste de CEO de la SNCB et de Skeyes (ex-Belgocontrol) ; le mandat de CEO de la Loterie est conservé par le SP.A ; l’Open VLD garde le mandat de CEO de la SFPI (Société fédérale de participations et d’investissement).

L'Open VLD chipe un gros mandat à la N-VA

Au niveau des conseils d’administration, selon De Tijd, le CD&V conserve la présidence de Proximus, l’Open VLD chipe celle de Brussels Airport à la N-VA (qui avait donné cette présidence à Marc Descheemaecker).

Et du côté francophone ? Le MR a fait de la résistance, nous dit-on. La présidence de la SNCB est finalement prise par Ecolo. Les libéraux voulaient des compensations en échange de ce mandat qu'ils détenaient jusqu'ici (et qui était occupé depuis des années par Jean-Claude Fontinoy, un proche de Didier Reynders).

Infrabel, la société gestionnaire du réseau ferroviaire, est dirigée par un CEO (Benoît Gilson) étiqué MR et les autres partis de la majorité Vivaldi estiment que les libéraux francophones ne peuvent conserver en plus la présidence de la SNCB. "Le MR doit lâcher du lest", glissait à ce sujet une source fédérale.

Le MR pique un mandat au PS

Le MR, outre Infrabel, conserve la présidence de la Loterie nationale. La présidence de Skeyes tombe dans les mains libérales (le poste était occupé par un PS proche de Paul Magnette). Le MR garde le mandat de directeur de la FSMA, l'autorité des services et marchés financiers.

Ecolo obtient bien la présidence de la SNCB. Cette fonction stratégique irait à Marcel Cheron, mais Ecolo ne confirme pas cette info. Isabelle Durant était citée parmi les candidates possibles pour la présidence de la SNCB mais cette piste a été écartée.

Ecolo reçoit aussi la présidence de l'AFCN (agence de contrôle nucléaire).

Dans le panier du PS, on trouve notamment la présidence de la SFPI ou encore de Bpost.