A l'heure où la réinsertion des détenus fait toujours largement débat, un soutien inattendu va permettre à six résidents de la prison d'Audenarde de faire un pas en avant dans cette direction. Decathlon leur a offert la possibilité de devenir membre de The Breakaway, "la première équipe belge d’eCycling composée de six détenus qui s’entraînent ensemble via la plateforme de cyclisme virtuel Zwift. Cette initiative rejoint notre mission de rendre le sport accessible à tous. Decathlon souhaite également démontrer que le sport, même en version virtuelle, est le moyen idéal d’aider les détenus dans leur réinsertion", indique la chaîne de magasins.

Six prisonniers passionnés par le cyclisme vont participer à cette initiative unique en son genre. © Decathlon

Pour mener ce projet à bien, le groupe s'est associé à l'ASBL De Rode Antraciet (spécialisée dans le sport et la culture en milieu carcéral), Cellmade ASBL, la prison d'Audenarde et le SPF Justice. D'ici quelques mois, il donnera lieu à une course inédite : les six détenus affronteront une équipe composée de juges, magistrats, geôliers et fonctionnaires de justice. Un événement qui sera retransmis en direct sur Facebook.

Un entrainement régulier et accompagné

Pour y parvenir dans les meilleures conditions, ils suivront un entrainement chaque semaine. "Le vélo est connecté à la plateforme de cyclisme Zwift, qui permet de rouler dans des mondes virtuels, de Watopia à la France. Grâce à un entraîneur intelligent, les côtes ressemblent à s’y méprendre à de vraies pentes. La plateforme permet également aux détenus de s’entraîner avec des passionnés de cyclisme à l’intérieur et à l’extérieur de la prison."

Le vélo est connecté à la plateforme de cyclisme Zwift, qui permet de rouler dans des mondes virtuels. © Decathlon

Un entrainement qui, outre l'aspect sportif, permettra donc aux détenus d'échanger avec des personnes partageant leur passion hors des murs de la prison. "The Breakaway permet aux détenus de retrouver un peu de liberté et d’établir un lien avec d’autres personnes, pour la première fois au-delà des murs de la prison", souligne Pieter Van Caeneghem, attaché-directeur de la prison d’Audenarde.

"Le sport, c'est la liberté"

Le sport comme moyen potentiel de réinsertion n'en est pas à son premier essai. D'autres initiatives ont déjà montré leur efficacité, et le projet de Decathlon a été soutenu par nombre d'acteurs du secteur judiciaire. "Les expériences positives liées au sport peuvent donner envie aux détenus, une fois libres, de faire mieux à l’extérieur", insiste Sarah Van Pelt, psychologue indépendante ayant une expérience du système carcéral.

Le ministre de la Justice en personne, Vincent Van Quickenborne, a salué le projet."Le sport a des répercussions positive sur la santé mentale des gens. Il en va de même en ce qui concerne les détenus. Entre les murs de la prison, les possibilités sont limitées. [...] L’action menée à Audenarde est un bon exemple de la pertinence que nous voulons donner aux incarcérations dans nos prisons."

Sous le slogan "Le sport, c'est la liberté", Decathlon vient officiellement de lancer l'opération. Elle est accompagnée d'une courte vidéo mettant en avant les six membres de l'équipe.