On a appris ce lundi le décès de l'ex-parlementaire PSC et cdH Magdeleine Willame Boonen, survenu à l'âge de 80 ans.

Licenciée en philologies romanes, elle a d'abord enseigné le français de 1963 à 1990.

Engagée au sein du PSC de Woluwe-Saint-Lambert dès 1975, elle a été attachée de 1980 à 1985 au cabinet de Cécile Goor, secrétaire d'Etat à la Région bruxelloise.

Membre du Conseil puis du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale de 1989 à 1999 et présidente du groupe PSC à la Cocof en 1994 et au Parlement régional en 1994 et 1995, Magdeleine Willame avait démissionné en 1996 pour se consacrer prioritairement à son mandat sénatorial.

De 1995 à 1999, elle fut désignée sénatrice par le Conseil de la Communauté française et élue directement au Sénat entre 1999 et 2003. Entre 1996 et 2000, elle y occupe la fonction de cheffe de groupe PSC.

Engagée localement dans la commune de Woluwe-Saint-Pierre, Magdeleine Willame-Boonen a siégé comme conseillère communale entre 2001 et 2012.

Magdeleine Willame-Boonen a par ailleurs été présidente du "Conseil (fédéral) de l'Egalité des Chances entre Hommes et Femmes", de 2012 à 2016, après avoir présidé le Conseil des Femmes Francophones de Belgique entre 2003 et 2010.

Durant des années '90 agitées sur le plan communautaire, elle a milité activement pour la promotion du bilinguisme à Bruxelles, notamment au sein de l'association qu'elle avait créé à cet effet avec l'ex-secrétaire d'Etat néerlandophone Robert Delathouwer (sp.a).

Différentes personnalités du cdH, dont son président Maxime Prévot, ont rendu hommage à l'ancienne figure du PSC. Via Twitter, Maxime Prévot s'est dit "très peiné" par le décès de cette "grande dame", pionnière dans le combat pour l'égalité homme-femme".

Pour la cheffe du groupe cdH au parlement bruxellois, Céline Fremault, "Magdeleine Willame était une grande dame caractérisée par son intelligence fine, son élégance innée et un humour incroyable en toutes circonstances. Elle aura transmis avec passion à toute une génération politique son engagement sans failles pour l'égalité Femmes - Hommes et restera une immense source d'inspiration".


Joëlle Milquet, ancienne présidente du CDH, s'est quant à elle dite "immensément triste".