Le grand thérapeute belge Mony Elkaïm est décédé le 20 novembre  "après un long combat contre la maladie" , a annoncé l’Institut de Formation systémique de Bruxelles-Montpellier.

Né à Marrakech en 1941 "dans une ambiance de chaleur et de fêtes" dira-t-il plus tard, formé en médecine à l’ULB, Mony Elkaïm était l’un des pionniers de la thérapie familiale en Belgique et dans le monde. Il était aussi l’un des fers de lance du courant de l’antipsychiatrie dans les années 70, avec Felix Guattari, Franco Basaglia et Ronald Laing.

Ayant complété ses études à New York à l’Albert Einstein College of Medicine, il avait créé des liens entre les thérapeutes belges, européens et américains et organisé de nombreuses conférences pour faire circuler les idées novatrices. C’est lui, notamment, qui a créé à Bruxelles l’Institut d’Etudes de la Famille et des Systèmes Humains avec lequel il organisa les premiers grands congrès de thérapie familiale en Europe dans les années 80.

Il avait également été professeur à l’ULB et éditeur aux Editions du Seuil à Paris. Son dernier ouvrage, publié en 2017, s’intitulait : "Vivre en couple. Plaidoyer pour une stratégie du pire" .