La commissaire du gouvernement à l’Institut pour l’égalité hommes-femmes est revenue ce samedi sur l'incident qui l'a opposée à Corentin de Salle (MR), le directeur du centre Jean Gol. Georges-Louis Bouchez lui a répondu une première fois ce week-end jugeant que la jeune femme avait commis de "graves erreurs de raisonnement".

Ce dimanche, le président du MR est à nouveau revenu sur la polémique et cible une déclaration en particulier, qu'il juge dangereuse. "La discussion n'est pas : est-ce qu'on remet en cause la séparation de l'Eglise et de l'Etat ? C'est : comment la décline-t-on avec un changement démographique", assure Ihsane Haouach dans l'interview donnée au Soir. Selon Georges-Louis Bouchez, cette prise de position de la jeune femme illustre "son incapacité à faire preuve de la neutralité nécessaire à cette fonction".

"Cette théorie selon laquelle il faut faire évoluer des valeurs fondamentales au nom de l’évolution démographique est une base de l’argumentation haineuse de l’extrême droite qui appuie sa théorie du remplacement, que nous rejetons, sur cette idée inacceptable", explique le président du MR. "C’est une vision communautariste de la société qui considère que les opinions ou sensibilités des individus sont le fruit de leur communauté et non de leur libre arbitre", ajoute-t-il.


Georges-Louis Bouchez assure que le MR questionnera la secrétaire d’État Sarah Schlitz (Écolo) sur la question.