Nos établissements scolaires sont tous notés sur une échelle de 1 à 20, des plus défavorisés au plus favorisés.

Le moment d’inscrire ses enfants en première secondaire est arrivé. Mieux vaut donc être sûr de choisir la bonne école. À la Fédération Wallonie-Bruxelles, il existe un classement des établissements scolaires. De plus défavorisé à plus favorisé, leur cote va de un à vingt. Elle permet à l’administration d’attribuer plus ou moins de subsides en tenant compte de la réalité socio-économique des élèves qui y sont scolarisés.

Le calcul est simple : plus la note est basse, plus les écoles se voient attribuer des moyens supplémentaires pour leur bon fonctionnement. Ainsi, les établissements ayant entre 1 et 5 sont considérés comme relevant de l’enseignement différentié et bénéficient d’une enveloppe additionnelle. Il a été question il y a quelques mois de faire disparaître cette dernière. Elle a finalement été maintenue par Joëlle Milquet (cdH), Ministre de l’éducation.

Quant aux écoles qui obtiennent les meilleures notes, entre 16 et 20, elles se doivent de contribuer afin d’aider au financement des plus pauvres.

Les critères qui permettent de classer les écoles sont au nombre de quatre. Le premier est le revenu par habitant de l’endroit où vit l’élève. Le deuxième se base sur le niveau de diplôme des habitants du quartier. En troisième place viennent le taux de chômage et le taux d’activité. Finalement, est aussi pris en compte le confort des logements des élèves. Ils contribueraient, selon la FWB, à la réussite scolaire du jeune en question.

Loin de se vouloir stigmatisant pour les écoles les plus défavorisées, le classement permet avant tout de bien cibler les besoins de chaque établissement. Malgré tout, la ministre serait actuellement en train de plancher sur des modifications quant aux critères du classement. Mais pour le moment rien n’est encore définitif.


Découvrez les notes des écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles en cliquant sur ce lien