Le ministre fédéral MR se dit pour l'ouverture d'un débat mais rappelle qu'il faut "regarder l'histoire avec la nuance qu'elle impose et avec tout ce que la Belgique doit à Léopold II"

C'est une image à la symbolique forte. Une photo prise ce lundi matin qui fait de Denis Ducarme le premier politique belge à s'opposer aussi ouvertement au déboulonnage des statues de Léopold II. Le ministre fédéral pose fièrement devant l'une des statues les plus célèbres de l'ancien roi des Belges.

© D.R.

Un geste pleinement assumé qui traduit l'énervement du membre du MR face au vandalisme dont font l'objet plusieurs statues de Léopold II ces derniers jours. "Je suis en colère, oui !", s'exclame Denis Ducarme avant de préciser d'emblée qu'il est par contre pour l'ouverture d'un débat . Mais "il faut regarder l'histoire avec la nuance qu'elle impose et avec tout ce que la Belgique doit à Léopold II", veut-il rappeler.

"Un débat sur le plan parlementaire, c'est très bien et je l'encourage d'ailleurs. Mais pas sur fond de vandalisme. Le déboulonnage auquel on assiste, c'est du délit, il n'y a pas d'autre manière de l'exprimer. Un délit dont tous les Belges paient les conséquences, peu importe leurs origines. Ce sont les Belges qui paient l'entretien de notre patrimoine et ces statues en font partie. Ce n'est pas une manière démocrate de s'exprimer que de procéder à ce vandalisme, ce n'est pas acceptable", répète Denis Ducarme avant de poursuivre.

"Le déboulonnage actuel est une forme de destruction qui n'a pas sa place dans un débat serein"

"Mon combat contre le racisme, l'antisémitisme et la discrimination est extrêmement important mais je ne peux le concevoir sur fond de vandalisme. Il faut regarder l'Histoire avec lucidité mais aussi avec nuance. Il y a certainement un débat à mener sur la question du rôle de Léopold II dans l'Etat indépendant du Congo mais il faut avoir de la nuance et on lui doit beaucoup aussi. Je veux le dire sans fard. Le visage de Bruxelles, d'Ostende et même au-delà, cela va plus loin que les grands bâtiments. Il a contribué à développer la Belgique pour la hisser au rang de puissance internationale".

Denis Ducarme affirme recevoir énormément de messages de citoyens qui trouvent que "le déboulonnage actuel est une forme de destruction qui n'a pas sa place dans un débat serein". De quoi le convaincre aussi de prendre la pose devant une statue ce lundi matin.