Belgique

La présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, se pose également des questions quant au départ de la CEO de Proximus, Dominique Leroy, vers l'opérateur néerlandais KPN. 

"Je ne le dis pas souvent, mais comme il s'agit d'un départ vers la concurrence, les syndicats ont raison", commente-t-elle sur Twitter lundi. Les syndicats craignent que la patronne de l'entreprise laisse Proximus dans la difficulté afin de lancer ensuite une 'offensive telecom sur la Belgique' via KPN. Dans une lettre au président du conseil d'administration, Stefan De Clerck, ils évoquent également l'avenir du plan de transformation lancé par Dominique Leroy qui prévoit la suppression de 1.900 emplois.

Ils réclament enfin la démission immédiate de la CEO, dont le départ de Proximus est prévu le 1er décembre.