Belgique

La direction de Proximus accepte la demande de médiation sociale émise par les syndicats.

Les deux parties doivent se rencontrer mercredi pour déterminer les modalités de cette médiation, a indiqué mardi en fin de journée un porte-parole de l'opérateur. Les représentants du personnel estiment que la CEO Dominique Leroy, qui a récemment annoncé son départ pour le 1er décembre prochain chez l'opérateur néerlandais KPN, n'est plus en mesure de mener à bien les négociations sur le plan de restructuration qui touche l'entreprise.

"Mme Leroy n'a plus aucun intérêt à savoir comment se porte l'entreprise et n'assume plus la moindre responsabilité. Il y a une grande méfiance au sein du personnel", avait indiqué un représentant du syndicat chrétien qui réclamait la nomination d'un médiateur social.

Les organisations n'appelaient pas à des actions, mais quelques membres du personnel ont tout de même manifesté leur mécontentement mardi entraînant notamment la fermeture de l'un ou l'autre magasin du réseau de Proximus. Ces actions n'ont pas eu d'impact majeur sur les activités de l'entreprise.