Le Comité de concertation a décidé de quelque peu lâcher la bride, ce vendredi 5 février. Même si nous sommes encore loin d'un déconfinement, les autorités ont tenu à assouplir certaines mesures. Il s'agit avant tout de veiller à la santé mentale des Belges, selon le Premier ministre. 

Comme à l'accoutumée, Alexander De Croo a pris la parole à la suite du Comité de concertation qui a débuté à 14 heures.

"Je voudrais tout d'abord m'attarder sur la situation épidémiologique dans notre pays. Elle évolue de façon assez stable: le nombre de contaminations reste à un niveau similaire depuis début décembre. Le nombre d'hospitalisations et de décès diminue. Selon moi, c'est une bonne performance et c'est important. Nous avons réussi à garder des chiffres stables au moment où de nouveaux variants sont apparus et ont provoqué des augmentations d'infections dans d'autres pays. Cela prouve que les règles actuellement en vigueur en Belgique fonctionnent bien. Et elles fonctionnent bien parce que les gens appliquent les règles et les respectent." Le libéral flamand a salué cette réussite qui s'est faite, qui plus est, tout en gardant les écoles ouvertes.

Réouverture des coiffeurs, parcs zoologiques...

C'est pour garder cette situation favorable que le Premier ministre a expliqué que le Comité de concertation avait misé aujourd'hui sur la prudence. "Nous devons rester sur nos gardes", a-t-il averti. Le plan pour les métiers de contact se fera en deux phases:

Mais ce ne sont pas les seuls secteurs qui seront concernés par un assouplissement:

  • Les campings et villages de vacances pourront rouvrir le 8 février
  • Les parcs zoologiques pourront également rouvrir le 13 février
  • Les agents immobiliers pourront à leur tour reprendre des visites physiques à la date du 13 février

Le Premier ministre a reconnu que la situation était très difficile à vivre, sachant que cela fait presque un an que les Belges doivent se soumettre à des règles strictes. Les experts du GEMS ont été chargés par le Comité de concertation d'établir un calendrier de déconfinement. "On ne va pas garder ces mesures très contraignantes un jour de trop, c'est pourquoi les experts dresseront un plan précis qui tiendra compte de la situation épidémiologique et de la campagne de vaccination", a détaillé M. De Croo.

Des sanctions à l'égard des voyageurs qui ne se font pas tester

"Nous suivons un modèle d'approche propre à la Belgique, a pour sa part expliqué le ministre de la Santé, qui a souligné les différences avec les autres pays. Nous avons choisi une approche stricte mais tenant compte du côté humain. Cela demande beaucoup de patience. Je ne sais pas si le modèle belge sera victorieux, mais on voit que les efforts portent leurs fruits. La situation reste stable." Frank Vandenbroucke a expliqué que la Belgique était dans les meilleurs pays européens en termes de vaccination et de testing. 

Le Comité de concertation a décidé de façon collégiale que la police pourra intervenir lorsque les personnes qui doivent se faire tester ne le font pas (comme par exemple lors d'un retour de vacances). "Au plus tard le 1er avril sera mis en place un système de sanction à l'égard des personnes qui ne se font pas tester", a ajouté le ministre de la Santé.

Revivez notre direct ci-dessous :