Bart De Wever et Jan Jambon, tous les deux NVA, ont exprimé dimanche l’espoir d’une réouverture des terrasses des établissements du secteur Horeca durant les vacances de printemps, afin de réduire l’affluence dans des lieux publics, comme les parcs, et à la Côte.

Invité de l’émission De Zevende Dag de la radio-télévision publique VRT, M. De Wever a déclaré qu’il était actuellement difficile de parler d’assouplissement des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus en raison de la stabilisation à un niveau élevé de la pandémie et de l’absence de certitudes.

Le président des nationalistes flamands et bourgmestre d’Anvers a néanmoins évoqué une possible réouverture des terrasses de manière sûre lors des vacances de Pâques.

Jan Jambon a tenu un discours similaire sur la chaîne privée VTM. Selon lui, il serait plus simple de faire respecter les règles sanitaires sur les terrasses que dans les parcs et dans les plaines en cas d’affluence dans ces lieux.

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) avait indiqué jeudi à la Chambre que des assouplissements seront mis en œuvre dans les semaines qui viennent. Il est, selon lui, important de procéder par étapes pour éviter que les chiffres ne s’emballent à nouveau.

La volonté de rouvrir le secteur est là. Le vice-Premier ministre David Clarinval, invité en visioconférence de l’émission RTL-TVI C’est pas tous les jours dimanche , a exprimé une nouvelle fois sa volonté de trouver une solution applicable le plus vite possible. Et de citer la possibilité pour les clients d’effectuer un test rapide ou un autotest avant de se rendre au restaurant, par exemple : " L’usage des tests rapides, nous le réclamons au gouvernement depuis très longtemps ! Il faut savoir que c’est déjà présent en Allemagne et qu’on peut aller en acheter à Aldi tous les jours ! Même ici près de chez moi, à Charleville, on peut aller en pharmacie pour acheter des tests rapides donc c’est stupide de se priver de cette possibilité offerte par la technologie ! "

Une solution qui aurait l’avantage de ne rien coûter aux restaurateurs et que pourraient accepter les représentants du secteur comme l’a affirmé Fabian Hermans, administrateur de la fédération Horeca Bruxelles, présent sur le plateau de l’émission : "Nous ne demandons pas une obligation de la vaccination mais ce serait plus simple pour nous. Maintenant si les clients se testent à la maison et viennent au restaurant, ce serait mieux mais à voir comment ça peut se dérouler en pratique."

Il reste quand même un écueil à franchir : les autotests ou tests rapides sont pour le moment interdits en Belgique. Ils ne peuvent être vendus ni utilisés.