Dans le monde associatif, ces déclarations du commissaire européen n'ont pas suscité plus d'enthousiasme


BRUXELLES Deux députées Open Vld ont pris mardi leurs distances avec des propos qu'a tenus le commissaire européen Karel De Gucht dans Humo sur les personnes handicapées. Selon elles, le problème qu'il évoque ne se résoudra pas à coup de caricatures et d'anecdotes.

"J'ose dire que, selon moi, il y a trop de handicapés en Belgique. Les personnes vraiment handicapées en font les frais, parce qu'à cause de ça, elles reçoivent trop peu d'argent. Il y a beaucoup de gens qui reçoivent une allocation pour un handicap alors qu'ils pourraient parfaitement travailler", a-t-il déclaré, interrogé sur le coût du secteur de la santé.
"Bien entendu, à tous niveaux, il faut tendre vers plus d'efficacité, y compris dans la sécurité sociale. Mais nous n'y arriverons pas avec des caricatures et des anecdotes", ont souligné les deux parlementaires.

De nouvelles voies doivent être explorées dans le secteur des soins apportés aux personnes handicapées. "Mais cela il faut le faire en dialogue avec les gens qui ont un handicap et en concertation avec le secteur".

Dans le monde associatif, ces déclarations du commissaire européen n'ont pas suscité plus d'enthousiasme. L'Association des personnes avec un handicap (De Vereniging Personen met een Handicap) les a qualifiées de gratuites. Elle a également fait remarquer que les allocations en question permettent "au mieux de survivre mais pas de vivre".

© La Dernière Heure 2011