La ministre a précisé au quotidien que l'un des deux hommes avait fait part de son intention de partir. La Défense a tenté de l'en dissuader, mais rien n'y a fait et il a démissionné avant de prendre le chemin de la guerre. L'autre militaire est, lui, parti avant même d'avoir démissionné et est donc considéré par l'armée comme un déserteur, écrit Le Soir.

La Défense a en effet ouvert un dossier pour "désertion" contre ce soldat, parti rejoindre la Légion internationale ukrainienne.

D'après Ludivine Dedonder, l'armée est certaine du fait qu'aucun n'est parti avec des armes. La Défense n'est toutefois pas certaine à ce stade qu'ils aient laissé leurs uniformes en Belgique.

L'armée a en tous les cas mis en garde tous ses soldats. "Une telle attitude ne sera en aucun cas tolérée et sera poursuivie comme un acte d'insubordination", a averti le patron de la Défense, l'amiral Michel Hofman, dans une note interne.