Deux morts et deux blessés graves parmi les 11 passagers. Le bilan pourrait s’alourdir.

Deux morts et deux passagers dans un état critique dont le conducteur, tel est le terrible bilan d’un accident de roulage survenu dans la nuit de samedi à dimanche sur la N55 Soignies-Enghien, à hauteur du village de Hoves (Silly).

Vers 3 h 15 du matin, le chauffeur d’un véhicule utilitaire transportant dix personnes originaires de la région bruxelloise, a perdu le contrôle de son volant en direction de la cité d’Arenberg et de l’embranchement à l’A8/E429 Tournai-Bruxelles.

Au total, huit ambulances ainsi que les services de secours de plusieurs hôpitaux ont été dépêchés sur place mais il était déjà trop tard pour deux des occupants, tués sur le coup sous la violence du choc !

Hier soir, le parquet de Mons a fourni de plus amples détails sur les circonstances de cette tragique embardée. Sa porte-parole a indiqué que la camionnette marquée aux couleurs d’une entreprise de nettoyage avait quitté sa trajectoire à l’approche d’une chicane. Le véhicule n’a pu éviter un arbre et a fini sa course contre les grilles d’un temple fréquenté par des témoins de Jéhovah.

Relayant des informations des services de police, le bourgmestre de Silly a, de son côté, indiqué qu’il s’agissait de jeunes belges âgés de 18 à 25 ans dont plusieurs sont connus de la justice.

Les autorités judiciaires ont précisé, par ailleurs, que les 11 occupants du véhicule accidenté étaient suspectés d’avoir participé avant le crash à une bagarre dans un établissement public de Soignies, en l’occurrence un stade de football, sans pour autant établir de lien à ce stade de l’enquête.

" Une fois dehors, nous avons aperçu un véhicule disloqué de l’autre côté de la route avec des corps qui pendaient par une vitre et des blessés au sol qui criaient de douleur ", témoigne un jeune couple de riverains, réveillés en sursaut comme leurs proches voisins et encore traumatisés par la scène cauchemardesque à laquelle ils ont assisté en sortant de chez eux en pyjama.

Le conducteur dont le pronostic vital est engagé a subi un contrôle alcoolémie et de drogue par prise de sang. Les auditions des victimes ne pourront avoir lieu que ce lundi au plus tôt et sur demande des hôpitaux. Les premières constatations laissent supposer que la vitesse du véhicule était inadaptée dans la traversée de ce village où la limitation est fixée à 50 km/h.