Dans un premier temps, le géant français de l'énergie avait annoncé un bilan d'un mort et deux disparus, avant de le modifier.

"Nous déplorons deux morts (employés d'un sous-traitant)", indique Total dans un communiqué, en précisant que l'explosion s'est produite dans un "système à vapeur d'une unité de production d'essence".

Le groupe a précisé que les "installations ont été mises à l'arrêt", et assuré qu'il n'y avait "pas d'impact sur l'environnement".

La raffinerie a été "évacuée" et les installations concernées par l'explosion "sont en cours de sécurisation", précise Total.

Selon le journal local Gazet van Antwerpen, la soupape d'une turbine à vapeur présentait un problème depuis plusieurs jours et la société de sous-traitance était sur place pour réparer une fuite.

La raffinerie, située dans le nord d'Anvers, est la plus grande et la plus complexe du groupe, au troisième rang européen. Elle traite 17 millions de tonnes de brut par an, qu'elle convertit en carburants, en combustibles et en produits de base destinés à la pétrochimie.


Explosion au cours de travaux d'entretien

L'explosion s'est produite durant des travaux d'entretien dans le système de vapeur d'une unité de production d'essence, explique Total. L'enquête doit encore déterminer la cause exacte de l'explosion. Deux employés d'un sous-traitant ont perdu la vie lors de l'explosion. Il n'y a pas eu de feu ni de fuite d'hydrocarbures dans l'atmosphère, ne provoquant par conséquent aucun impact sur l'environnement d'après la compagnie.

Total emploie 4.800 collaborateurs en Belgique, dont 3.300 pour la branche raffinage-chimie.