Alors que les hôpitaux se préparent à accueillir de plus en plus de patients Covid en soins intensifs, il semblerait que la solidarité ne soit pas présente entre tous les établissements belges. Certains hôpitaux refuseraient de prendre en charge des patients touchés par le coronavirus venant d'autres provinces,.

"Chaque jour, nous transférons des patients Covid dans les autres hôpitaux car nous sommes en situation précaire", a expliqué Marc Noppen, le CEO de l'UZ Brussel, mardi dans l'émission Terzake. "Lundi, deux de nos patients ont été refusés dans des hôpitaux de Flandre-Occidentale. Heureusement, un hôpital à Gand a accepté de les prendre". Si le nom des lieux concernés n'a pas été dévoilé, l'établissement Jan Yperman d'Ypres a déjà affirmé qu'il n'avait refusé aucun patient venant de Bruxelles.

L'incident soulève néanmoins la question de la solidarité entre les hôpitaux.

Ce week-end, Christoph D'Haese (N-VA), le bourgmestre d'Alost (Flandre-Orientale) expliquait que "les limites de la solidarité avaient été atteintes" dans sa ville, avant de se faire contredire par les hôpitaux alostois qui avaient affirmé qu'ils continueraient à prendre en charge des patients Covid venant d'autres endroits en Belgique. 

"Tous les établissements ne font pas preuve de solidarité"

Le week-end dernier, plusieurs hôpitaux auraient quand même refusé de prendre en charge des patients venant d'autres endroits de Belgique. Selon De Standaard, 14 établissements seraient concernés. "Tous les hôpitaux ne font pas preuve de solidarité", constate le comité "Hospital & Transport Surge Capacity" du SPF Santé publique dans une lettre envoyée début de semaine à tous les établissements. "Certains déclarent qu'ils sont saturés ou menacent de l'être s'ils accueillent d'autres patients. C'est inacceptable".

Depuis, tous les hôpitaux belges sont entrés en phase 1A. Depuis mercredi, 25% des lits en soins intensifs sont réservés aux patients Covid, ce qui représente 500 lits sur les 2000 disponibles. Les hôpitaux bruxellois sont, eux, une étape plus loin étant donné qu'ils se trouvent à présent au beau milieu de la phase 1B, où 50% des lits en soins intensifs sont réservés pour les patients Covid.

Notons que si les nouvelles hospitalisations continuent sur la même lancée, les soins intensifs risquent d'atteindre leur capacité maximale dès mi-novembre.