Belgique Il était promis à une brillante carrière dans l’arbitrage mais son homosexualité n’a pas été acceptée.

"Pédé", "enculé", "tafiole" : pas besoin d’avoir passé toute son enfance au bord des terrains de foot pour savoir que ces insultes sont récurrentes.

Dans un sport très hétéro-normé comme le football, la valorisation de la virilité des supporters et même des observateurs en général sont autant de raisons qui semblent expliquer l’homophobie dans le football.

Et ce week-end, la Pro League, en collaboration avec Voetbal Vlaanderen, l’ACFF et l’URBSFA, organise sous le slogan "Football for All" le week-end arc-en-ciel contre l’homophobie, le racisme et d’autres formes d’inégalités, a annoncé jeudi la Pro League. Le football belge sera donc paré ce week-end des couleurs de l’arc-en-ciel. Mais pour Didier Digneffe, arbitre en Belgique et lui-même homosexuel, cet événement relève plus de la communication que d’une réelle envie de changer les mentalités dans un sport très conservateur. "Toute action est positive mais le manque de visibilité de cette action est trop présent. On n’en a même pas parlé aux arbitres, aux membres et aux joueurs(...)