L'institut de santé publique Sciensano avait déjà autorisé cette exception à la fin 2020. Alors que les hôpitaux risquent à nouveau d'être confrontés à une pénurie importante de personnel, cette exception redevient d'actualité. Le directeur de l'UZ Brussel Marc Noppen a suggéré cette possibilité mardi soir sur la VRT. Dans ce contexte, il a également évoqué la couverture vaccinale élevée parmi le personnel de l'UZ et le fait que le variant omicron semble être moins grave pour le moment. Dans les journaux De Standaard et Het Nieuwsblad, Dominique Benoit, chef des soins intensifs de l'UZ Gent, indique également que l'hôpital va déployer du personnel infecté dans quelques semaines, "en raison d'un cas de force majeure".

Toutefois, s'il s'avère que les soignants ont une charge virale élevée, qu'ils sont testés positifs à un test d'antigène rapide ou qu'ils se sentent stressés ou mal à l'aise, ils devront rester chez eux.

La règle générale pour le personnel soignant reste inchangée avec sept jours en isolement et trois jours de précaution.