Dans deux semaines, le 30 juin, plusieurs personnalités se verront remettre un titre honorifique, la médaille de l'Ordre de Léopold II. Cette décoration est décernée à des civils et militaires "pour services particuliers rendus au roi, en tant que témoignage de son estime personnelle". Il fait partie de l’un des trois ordres nationaux, avec les Ordres de la Couronne et de Léopold.

Toutefois, les écologistes flamands et francophones ne souhaitent plus que ce titre se nomme comme cela en 2022. "C’est violent que cet ordre subsiste", déclare Guillaume Defossé, député fédéral Ecolo.

Il explique que le passé colonial et meurtrier du roi Léopold II ne doit plus être honorer. "Léopold II est un des rois les plus controversés. C’est un héritage de la période coloniale, un reliquat du passé difficile de notre pays. S’il est bon que des Belges méritants reçoivent un titre d’honneur symbolique, il semble de mauvais goût de décerner un titre honorifique au nom d’un chef d’Etat qui a fait régner la terreur. Il existe un consensus historique sur le fait qu’aucun roi belge n’est autant remis en question que Léopold II. Entre 1885 et 1908, son Etat libre du Congo a en effet été le théâtre d’un règne de terreur impliquant occupation militaire, oppression, pillage, travail forcé, châtiments corporels, racisme et exploitation, dont des millions de Congolais ont été victimes."

En plus de cela, ce titre sera remis le 30 juin, date importante pour la RDC. "C’est la date de l’indépendance de la République démocratique du Congo. C’est un signal insupportable", souligne Guillaume Defossé.

Une féminisation du titre ? 

Les Verts proposent alors une alternative pour renommer ce titre. Un nom féminin serait "un minimum" peut-on lire dans le communiqué. Des discussions doivent avoir lieu pour effecteur ce changement de nom. 

"Je voudrais qu’on aborde cette question dans les discussions sur les réparations", indique le député Ecolo, qui ne veut pas retirer le nom Léopold II de tous lieux. "La discussion reste ouverte quant à la préservation des noms de rues et monuments portant le nom de Léopold II, car ce sont des occasions ouvertes de dialogue et de confrontation avec le passé colonial de notre pays. Mais un badge d’honneur portant le nom de Léopold II est problématique par bien des aspects. Au minimum un changement de nom pour ce titre d’honneur serait un petit pas, mais aurait une grande signification symbolique, tel un signe de conscience historique, ajoute-t-il avant d'avancer quelques pistes de réflexions, "Remplacer l’Ordre de Léopold II, par exemple, par l’Ordre d’Elisabeth, en référence à l’ancienne reine des Belges, ou lui donner le nom d’une résistante comme Gabrielle Petit serait un beau signal."