Michel De Maegd a égrené les polémiques dans lesquelles Emir Kir a été impliqué. Une manière pour lui de montrer que le bourgmestre de Saint-Josse n’en est pas à son galop d’essai. Nous avons listé celles-ci.

2003 : Un journaliste révèle qu’Emir Kir s’était faussement qualifié de "licencié en sciences politiques" alors qu’il n’avait pas déposé son mémoire de fin d’études.

2004 : Litige autour de dépenses électorales.

2005 : Au tribunal civil de Bruxelles, le procureur juge que "M. Kir a une position à tout le moins ambiguë à l’égard du génocide des Arméniens ". Le magistrat estime toutefois que ses propos restent dans les limites de l’acceptable.

2015 : Il est absent à la minute de silence pour le génocide arménien. Il est entendu par le secrétaire général du PS, sans suites.

2016 : Un de ses proches collaborateurs s’attaque aux Gulenistes, soupçonnés du coup d’État raté contre le président Erdogan.

2018 : Poignée de main entre Emir Kir et Ugur Sedar Kargin, maire turc membre du MHP. Emir Kir assure que Kargin a "démissionné du MHP" , ce que Le Soir dément.

2018 : Un candidat MR de Saint-Josse, Halit Akkas, l’accuse d’avoir menacé l’emploi de son épouse, employée dans la commune.

2018 : Zoé Genot (Ecolo) dénonce ses pratiques lors des élections communales. Emir Kir l’accuse de racisme.

2019 : Un courrier électoral d’Emir Kir rédigé en turc, visant le plan Canal et refusant l’interdiction de l’abattage rituel sans étourdissement fait polémique.