Le président de l'Open Vld Egbert Lachaert avait entamé fin mars une procédure en vue d'exclure Mme El Kaouakibi du parti pour des soupçons de malversations avec les subsides qu'elle a reçus du parti pour son asbl à destination des jeunes, Let's Go Urban.

Ces faits font depuis lors l'objet d'une enquête judiciaire.

Sans attendre la décision des instances disciplinaires du parti, l'élue a donc préféré le quitter elle-même. Elle l'a fait savoir à l'Open Vld via ses avocats. Elle garde toutefois son mandat parlementaire flamand, mais siègera comme indépendante. Son mandat s'achève en 2024.

"Il y a deux ans, (l'Open Vld) m'a donné la chance d'entrer de manière active en politique. Je lui en serai toujours reconnaissante", a commenté jeudi l'intéressée dans une brève communication. Elle y dit comprendre la procédure d'exclusion entamée par son président.

"Ces derniers mois, (la détérioration de) mon image a fait que le président n'a eu d'autre choix que d'entamer une procédure pour m'exclure du parti. Etant donné que le résultat de cette procédure était fixé d'avance, j'ai préféré garder mon honneur. Ça n'a pas de sens de faire durer la douleur".

Le président Lachaert a de son côté regretté que Mme El Kaouakibi ne remette pas son mandat de députée au parti.

"Quand on a eu image si dégradée, on ne peut plus fonctionner dans un parlement", a-t-il jugé.