Jeudi, les élèves de sixième primaire et ceux de première et de deuxième année différenciée prendront part à la première épreuve du CEB. Covid oblige, des aménagements ont été mis sur pied, à commencer par l’obligation pour les équipes pédagogiques de corriger les copies de leurs propres élèves.

"Pour la première fois, les corrections se feront dans les écoles directement. Le matin, les élèves passent les épreuves, et l’après-midi, les enseignants les corrigent. Ça veut dire que pour la première fois, les professeurs corrigeront les copies de leurs propres élèves", explique Francis Renier, coordinateur de l’inspection dans le fondamental.

"L’objectif de cette mesure est bien entendu d’éviter les problèmes sanitaires. En temps normal, une centaine d’enseignants sont rassemblés au même endroit pour faire les corrections mais les experts nous ont dit que c’était beaucoup trop risqué dans le contexte qu’on connaît", précise-t-il.

Il ne s’agit que d’un changement temporaire. L’ancien système de corrections devrait en effet faire son retour dès l’année prochaine.

Autre particularité de cette année : les épreuves se concentreront sur des essentiels, c’est-à-dire des points de la matière jugés indispensables et déterminés par l’administration au début de l’année scolaire. Si les essentiels n’ont pas pu être vus en classe en raison d’une fermeture de l’école par exemple, les conseils de classe devront en tenir compte.

"Si le professeur n’a pas pu voir toute la matière, il peut le signaler à ses collègues après l’épreuve. Le conseil de classe peut alors décider de ne pas tenir compte de certaines questions et de faire passer l’élève malgré son échec", indique Francis Renier.

Idem pour les élèves qui ne pourraient pas passer les épreuves pour cause de maladie ou de quarantaine. "Il n’y a pas de session de rattrapage, pas de deuxième session. Soit l’épreuve est réussie et l’élève obtient automatiquement son certificat, soit il échoue et c’est au conseil de classe de décider s’il a droit ou non à son CEB."

En cas de non obtention du Graal, deux options s’offrent à l’élève : rester une année de plus en sixième primaire ou passer en première année secondaire différenciée.