Les communes de Beersel, Hal et Leeuw-Saint-Pierre, situées en périphérie bruxelloise, travaillent actuellement à la mise en place d'une nouvelle règle pour les établissements de l'horeca situés sur leur territoire. En effet, le bourgmestre de Beersel, Hugo Vandaele (CD&V), souhaite s'assurer qu'au moins un membre du personnel parle néerlandais.

"Supposons que quelqu'un tombe malade au restaurant. Un membre du personnel devrait pouvoir demander s'il y a un médecin dans la pièce, non ? Ou si un incendie se déclare, quelqu'un ne devrait-il pas être en mesure de donner des instructions pour l'évacuation ?", explique-t-il à nos confrères de la VRT.

Pour le bourgmestre, il est logique que cette nouvelle règle impose le néerlandais, puisqu'il s'agit de la langue officielle de la région où se trouvent les entreprises concernées. Dés lors, tous les établissements, restaurants et bars, devront tenir un registre dans lequel seront répertoriés les membres du personnel parlant néerlandais. "Il ne s'agit pas d'une mesure superflue, surtout si l'on sait qu'il existe également des restaurants d'origine étrangère dans notre région", poursuit-il.

Néanmoins, que les établissements concernés se rassurent, il n'est pas question de mener une chasse aux sorcières. "L'intention principale est d'en informer d'abord les propriétaires. Ceux qui ne veulent pas suivre la mesure se verront alors rappeler l'obligation prévue par le règlement", assure-t-il.

Les conseils communaux de Beersel et de Hal discuteront de l'adaptation du règlement dans les semaines à venir. Cette réglementation pourrait entrer en vigueur dès 2022. Précisons que la majorité des propriétaires des établissements des communes concernées sont néerlandophones. De plus, la nouvelle règle ne déterminera absolument pas la langue dans laquelle les clients seront servis à table.