La Ligue des familles, comme chaque année, fait le relevé des frais de scolarité engendrés par nos enfants, qu’ils soient dans l’enseignement maternel, primaire ou secondaire. Alors que par principe l’enseignement est gratuit, on se rend compte qu’il n’en est rien et, pis, que chaque année ces coûts auraient plutôt tendance à augmenter.

La Ligue des familles dénonce, dans ce même ordre d’idées, le fait que certaines écoles font payer aux parents le droit pour leur enfant de s’asseoir dans la salle de repas, même s’ils amènent leur propre dîner. "C’est une sorte de droit de s’asseoir et nous ne pouvons l’accepter. Si c’est payant, la moyenne est de 0,84 € par temps de midi pour manger ses tartines ! Il existe des forfaits allant de 40 à 120 € par an", explique Michael Verbauwhede, porte-parole de la Ligue des familles.

L’association craint également la diminution des subventions de fonctionnement pour les écoles officielles. "On peut imaginer qu’il y aura un impact sur les frais demandés aux parents."

La Ligue des familles, sans présenter un plan précis, invite le pouvoir politique à revoir sa copie pour tout ce qui concerne le rythme scolaire : "Il y a deux aspects qui ne sont pas pris en compte. Le premier est économique puisqu’il y a, et nous nous en réjouissons, plus de femmes qui travaillent que par le passé. L’heure de la fin des cours n’est sans doute plus très adéquate. Ensuite, il y a le rythme biologique de l’enfant. On constate que l’attention de l’enfant décroît entre 11h30 et 14 h."

Et s’il n’y a pas de propositions concrètes, la Ligue envisage l’horaire suivant : "On peut imaginer que les cours démarrent un peu plus tôt, soit vers 8 h. Que le temps de midi commence vers 11h30 et qu’il soit allongé jusqu’à 14 h. Les enfants pourraient, par exemple, faire du sport. On imagine une reprise des cours vers 14h30. Enfin, entre 16h30 et 17 h, les élèves feraient leurs devoirs."