Interrogée par les députés Hervé Cornillie (MR) et Eddy Fontaine (PS), la ministre a expliqué avoir déjà consulté des experts sanitaires pour évoquer cette nouvelle session d'examens, et les modalités à respecter en cas d'épreuves organisées en présentiel.

Si la majorité des examens devraient bel et bien à nouveau se tenir à distance en janvier prochain, l'idée est toutefois de permettre quelques épreuves en présentiel, notamment dans certaines filières, comme les soins infirmiers, la médecine, les arts, etc., des domaines où il peut être difficile d'évaluer à distance la qualité de certains gestes professionnels ou pratiques posés par les étudiants.

Pour ces épreuves en présentiel, des règles sanitaires strictes devront toutefois être respectées (aération des locaux d'examens, distances de sécurité, masques, ...), a ajouté Mme Glatigny.

Selon la ministre, la réunion de jeudi avec les acteurs de l'enseignement supérieur visera à leur présenter et discuter les recommandations formulées par les experts sanitaires, et formuler ensuite une série de propositions concrètes pour l'organisation de la prochaine session.

Ces propositions seront alors soumises aux membres du comité de concertation (CodeCo) qui doit à nouveau se réunir ce vendredi.

L'enseignement supérieur en FWB compte quelque 230.000 étudiants au total.