Lorsqu'il a récupéré son passeport après avoir été libéré du centre fermé où il était détenu depuis deux semaines, il a constaté que le visa accordé par l'ambassade de Belgique à Kinshasa avait été annulé et remplacé par un visa d'un mois, a dénoncé mardi son avocate, Marie Doutrepont. Aucune explication n'a été fournie. L'avocate a annoncé l'introduction d'un recours en extrême-urgence contre le cachet qui invalide le premier visa. L'étudiant se trouve pour le moment face à un choix, déplore-t-elle: soit rester dans l'illégalité au-delà du 3 novembre, soit quitter le pays à l'issue du délai et retourner au Congo.

L'Office des étrangers n'a pas donné d'explication sur l'annulation du premier visa. L'octroi du visa d'un mois permettra à l'étudiant de remplir les formalités nécessaires à l'obtention du statut d'étudiant étranger, a indiqué une porte-parole de l'administration.