Selon nos infos, les images des caméras de surveillance en disent long sur le rôle de chaque terroriste à l’aéroport de Zaventem.

Un mois tout juste après les attentats de Bruxelles, la DH est en mesure de vous dévoiler davantage de précisions sur le rôle de chaque terroriste de l’aéroport de Zaventem. Grâce aux images des caméras de vidéosurveillance du hall des départs, les faits et gestes de chacun des trois terroristes ont pu être analysés. Ibrahim El Bakraoui, Najim Laachraoui et Mohamed Abrini sont donc arrivés en taxi à l’aéroport.

Pour rappel, ils n’ont pu emporter dans leurs bagages que la moitié des explosifs qu’ils avaient préparés. Et ce en raison de la taille, trop petite, de la voiture du chauffeur venu les chercher, après qu’ils ont passé commande par téléphone à une société bruxelloise de taxis. Chacun des terroristes disposait d’un sac d’explosifs. Najim Laachraoui et Ibrahim El Bakraoui sont morts en déclenchant leur bombe.

Et on apprend désormais que Mohamed Abrini devait, lui aussi, mourir en kamikaze, et que ce n’est pas du tout un renoncement de sa part qui explique qu’il ne se soit pas fait exploser sur place.

En effet, dans les heures qui ont suivi son arrestation à Anderlecht, le 8 avril dernier, Mohamed Abrini a avoué être l’homme au chapeau, avant de déclarer aux enquêteurs qu’il avait renoncé, au dernier moment, à son projet d’attentat.

Sauf que les images des caméras de surveillance le trahissent. Sur ces vidéos, on voit qu’un de ses complices se fait exploser en premier. Mohamed Abrini est alors censé activer sa bombe à son tour. Mais il est surpris par l’intensité de la première explosion. Explosion qui le propulse à plusieurs mètres de son chariot.

C’est alors qu’un mouvement de panique s’installe dans l’aéroport. La foule s’engage spontanément dans la même direction.

Abrini ne parvient pas à avancer dans l’autre sens afin de récupérer son chariot. Il sait aussi, à ce moment précis, que son complice ne va pas tarder à déclencher la seconde bombe. Il se dirige alors vers la sortie de l’aéroport, par défaut, et non par abandon de son projet.

Toujours sur base de ces images de caméras de surveillance, on apprend également qu’en entrant dans l’aéroport, les trois terroristes n’avaient pas du tout l’intention de frapper au hasard. Ils savaient qui ils devaient viser. On les voit d’ailleurs observer le panneau des heures de départ avant de se diriger, volontairement, vers les guichets d’embarquement des vols pour Israël, la Russie et les États-Unis.

On voit même un des terroristes se précipiter pour arriver à temps devant la file d’enregistrement d’un vol à destination d’Israël. Ce qui confirme nos révélations du 24 mars, dans lesquelles nous vous indiquions, sur base des déclarations du chauffeur de taxi, que l’homme au chapeau exprimait sa haine envers les Américains sur le chemin le menant, avec ses complices, de Schaerbeek à l’aéroport de Zaventem (plus d'infos ici).

L’homme au chapeau a été identifié depuis lors comme Mohamed Abrini.