Il prétend avoir pris la fuite parce que la Belgique voulait le (re)juger pour son voyage en Irak.

Accusé d’être le fameux Abou Ahmad , c’est-à-dire le présumé cerveau des attentats de Paris et de Bruxelles , Oussama Atar, 32 ans, a récemment écrit une lettre à sa maman dans laquelle il clame son innocence. Il la lui a fait parvenir par l’intermédiaire de l’une de ses sœurs avec qui il a repris contact sur Facebook et à qui il a demandé, non sans ironie, de prévenir également de l’envoi de sa lettre les enquêteurs “pour pas qu’ils fassent (d’elle) la terroriste la plus dangereuse d’Europe !”

Dans cette missive, dont La DH a pu se procurer copie, celui qui est actuellement présenté comme “l’un des hommes les plus recherchés de Belgique et même d’Europe” commence par s’enquérir de l’état de santé de sa “mère” , espérant la trouver “en très bonne santé malgré tout ce que ces criminels te font subir à toi et à la famille” . Avant de la rassurer à son sujet : “Je vais très bien. Mon fils se porte très bien et grandit vite” .
Policiers
© Demoulin

Puis, Oussama Atar embraye immédiatement sur “les mensonges et la diffamation qui a été menée ces derniers temps dans les médias à (son) encontre” . Pour assurer qu’on n’aurait strictement rien à craindre de lui, mot pour mot, comme suit : “Non, je ne suis pas le mentor ou le cerveau qui a mis en place les attaques de Bruxelles et je n’étais pas au courant de ce que Brahim et Khalid (El Bakraoui, qui sont ses cousins, NdlR) projetaient (qu’Allah leur fasse miséricorde) et ces chiens savent très bien que, depuis qu’ils m’ont poussé à m’enfuir de la Belgique, je n’ai plus jamais eu de contact avec eux. Non, je ne suis pas Oussama ben Laden, ni la main droite d’Abou Bakr Baghdadi (chef de l’État islamique, NdlR) , et ces chiens savent très bien qu’à aucun moment, je ne l’ai rencontré, ni en prison, ni ailleurs.”

Et d’ajouter : “Non, je ne suis pas en Europe et non, je ne pense pas y retourner, après qu’Allah, gloire à lui, m’a sauvé de ces criminels, et ces chiens savent très bien où je me trouve en ce moment, alors pourquoi, ces mensonges et ces guerres acharnées contre vous (sa famille) ? […] C’est pour essayer de me faire le plus mal à moi car ces chiens rageux n’arrivent pas à se remettre du fait que j’ai échappé à leur cellule qu’ils m’avaient préparée bien des années avant que je finisse ma peine en Irak, comme l’a si bien précisé le procureur le jour où je suis passé au palais.”

Ce qu’il faut comprendre entre ces quelques lignes, c’est qu’Oussama Atar prétend avoir pris la fuite après son retour en Belgique parce nos autorités judiciaires voulaient lui faire un nouveau procès pour son voyage en Irak, qui lui avait déjà valu d’être emprisonné de longues années là-bas. “Avant qu’il ne revienne, ils lui avaient donné la garantie qu’il ne serait pas poursuivi ici. Il était donc revenu et il avait même entrepris des démarches administratives pour ouvrir un commerce à Bruxelles. Mais c’était avant de comprendre qu’il risquait de se retrouver à nouveau en prison ici” , dit l’un de ses proches.

Lettre partie 1
© DH

Lettre partie 2
© DH