Ces jeudi et vendredi, Technofutur TIC, le centre de compétences et de formations à Charleroi organise avec l’accompagnement du Ministre Willy Borsus ainsi que le soutien d’Agoria et du Forem, un événement en ligne inédit de rencontre et d’embauche, où demandeurs d’emploi tout juste qualifiés vont venir rencontrer des recruteurs dans le domaine des nouvelles technologies.

Si la période de confinement imposée par les autorités nous touche à tous de manière différente selon notre métier et notre classe sociale, les chercheurs d'emploi font sûrement partie des plus vulnérables. En effet, nombreux sont ceux qui ont dû mettre entre parenthèses leur recherche d'un nouveau job. Face à la crise sanitaire engendrée par le Covid-19, Actiris et le Forem ont reçu moins d’offres d’emploi. Actiris a reçu de son côté directement 1.677 offres d’emploi en avril. Ce qui correspond à une baisse de 1.333 offres par rapport au mois d’avril 2019, soit une diminution de 44,3%. En mars 2020, le Forem a lui diffusé 18.743 offres d'emploi, ce qui représente une diminution de 21% par rapport à mars 2019.

Mais si les offres d'emploi sont en chute, certains secteurs cherchent toujours activement certains profils et les différentes institutions dédiées à l'emploi doivent déborder d'idées innovantes pour pallier à l'annulation des différents « job days » et des entretiens d'embauche tels qu'on les connaît.

Ainsi, en collaboration avec le Forem et Agoria, Technofutur TIC va organiser, ces jeudi et vendredi, les premiers « Virtual Job Days » en Wallonie, qui mettront une trentaine d'entreprises de la région en relation avec des candidats potentiels, principalement dans les secteurs du digital, de l'IT et des nouvelles technologies. L'objectif de cette initiative ? Continuer de booster l'emploi en Wallonie. « Le but est de rapprocher les entreprises en demande de personnes qualifiées des candidats, in sait que ce besoin sera encore plus important à la fin de cette crise, quand l'économie va repartir, donc on veut absolument garder ce lien entre les deux parties. Ce « virtual job day » est une continuité de notre activité. Notre mission est de mettre à l'emploi les candidats, les demandeurs d'emploi sont nos premiers clients, nous devons donc nous montrer présents malgré les difficultés actuelles. Et en moyenne, 75% des demandeurs d’emploi trouvent un job après avoir suivi une formation chez Technofutur TIC mais, en ces temps troublés, il faut donner un coup de pouce au destin et donc, l’occasion aux protagonistes du monde du travail de se rencontrer autrement. »», explique Yvan Huque, directeur de Technofutur TIC, le centre de compétences et de formations à Charleroi.

Un salon virtuel pour booster l'emploi

Et malgré le confinement imposé par la crise du Covid-19, ce centre de formation n'a pas chômé et même réussi à maintenir toutes ses activités, que ce soit au niveau des formations à distance et des entretiens avec les employeurs via vidéos. « Le Corona n'a pas facilité notre travail mais nous avons réussi à maintenir toutes nos activités à distance pour répondre aux différents besoins de nos stagiaires. L'apprentissage a été maintenu grâce aux outils web et à la digitalisation de nos activités, une nouvelle pédagogie a été mise en place et nous avons remarqué un taux de présence de quasi 100%, il n'y a pas eu d'abandon. Tous les jours, nous allons discuter avec eux, nous répondons à leurs questions, nous essayons d'être bienveillants au maximum. Cette journée consacrée au job day est une belle motivation pour eux », rapporte Ingrid Van Vooren, coordinatrice pédagogique

Concrètement, il sera possible de participer à ce job day online via l'outil Teams, où chaque entreprise intéressée disposera de son canal avec une liste de CV de stagiaires mis à disposition ainsi qu'une offre de formation avec une date de début et de fin. Les deux parties peuvent donc se balader dans ce salon virtuel dans le but de prendre rendez-vous. « Un premier entretien pourra donc se faire par téléphone ou par vidéo par la suite. On a déjà remarqué que des employeurs allaient se balader sur la plate-forme pour aller jeter un oeil aux CV des candidats. C'est vraiment une première relation entre les deux. C'est comme un salon habituel en fait, il y a un box et un stand pour chaque entreprise de manière séparée, ça reste donc confidentiel, chacun peut interroger l'autre partie, le stagiaire peut lui aussi aller visiter une entreprise et consulter une offre d'emploi ou de stage », précise Pierre Lelong, responsable de la formation et du développement chez Technofutur TIC.

Durant le salon, une dizaine d'entreprises seront présentes et une dizaine d'autres sont intéressées à recevoir les CV des participants, le tout organisé autour de six groupes de formation.

Les profils recherchés : développeur et gestionnaire de projet

Les profils d’experts présentés sont nombreux et variés : Chef de projet informatique, Data scientist, Développeur .NET avancé, Développeur .NET Sharepoint, Développeur Java angular, Big data consultant, … Des terminologies qui semblaient tout aussi barbares pour ceux qui, il y a quelques semaines à peine, ont saisi leur chance afin de développer ces compétences rares chez Technofutur TIC et ainsi donner une toute autre tournure à leur trajectoire professionnelle. « Même si on observe une certaine prudence de la part des sociétés actuellement, les besoins sont bien là et surtout dans le domaine des nouvelles technologies. En cette période de confinement, on a déjà eu plusieurs engagements de stagiaires en développement et même des mises à l'emploi », constate Yvan Huque

Le secteur des nouvelles technologies sera donc mis à l'honneur durant ce premier job day virtuel. « Les métiers liés à l'exploitation des données restent très demandés. La demande de profils IT en Wallonie est effectivement en forte croissance et nous estimons ces besoins à 30.000 vacances d’emplois d’ici 2030 », confirme Laura Beltrame, Présidente du Conseil d’administration de Technofutur TIC et Expert Capital Humain chez Agoria. « Un Centre comme Technofutur TIC est donc indispensable dans l’écosystème wallon de la formation pour relever les défis liés à la digitalisation des compétences. »

Et parmi les entreprises représentées, des agences Web qui viennent en support à la recrudescence historique de l’e-commerce, des entreprises de MedTech qui soutiennent les professionnels des soins de santé, des bureaux de consultance qui facilitent la transformation digitale et la gestion pilotée de leurs clients, institutions publiques qui investissent dans nombre de services d’e-gouvernement aux citoyens et des industries forcées d’accélérer la mutation de leur automatisation en mode 4.0 seront présents.

« Je ne peux que saluer le volontarisme de Technofutur TIC, du Forem et d’Agoria qui se donnent ainsi les moyens des ambitions de notre Région », réagit Willy Borsus, Vice-Président de la Wallonie, Ministre de l'Économie, de la Recherche et de l'Innovation, du Numérique, de l'IFAPME et des Centres de compétence. « Cette initiative pilote et prometteuse s’inscrit dans la droite ligne du programme ‘Coup de poing pénuries’ du Gouvernement wallon. Elle génère un espoir et des perspectives intéressantes en cette période si complexe ».

Et pourquoi ne pas élargir cet événement virtuel mais bien concret pour les participants vers d'autres secteurs économiques à l'avenir? « C'est l'idée », nous glisse Pierre Lelong. « Si l'occasion se présente, on pourrait créer un salon virtuel de ce genre pour des métiers recherchés en Wallonie, comme les soudeurs, les fraiseurs, etc. Nous voulons que cet événement se reproduise dans le temps, c'est le souhait de ce projet pilote : en créer d'autres à l'avenir via d'autres centres de compétences. La puissance des entretiens virtuels est sans limite, on renouvellera cette expérience, il faut s'adapter aux circonstances, même dans le domaine du recrutement », conclut-il.