Le Comité de concertation a tranché : les personnes qui reviennent de zones vertes et oranges ne devront subir ni test, ni quarantaine. Les choses seront un peu différentes pour les Belges de retour d'une zone à très hauts risques, où circulent des variants préoccupants. Ces derniers devront se plier à des mesures renforcées.

Ils devront respecter une quarantaine de dix jours pendant laquelle ils se soumettront à deux tests PCR, lors du jour 1 et du jour 7. Pour les non-résidents et les non-Belges venant de ces zones, l'entrée en Belgique sera interdite. Seule exception : les déplacements essentiels du personnel de transport ou des diplomates. Ceux-ci devront malgré tout rester en quarantaine pendant dix jours, avec des tests PCR.

Selon Alexander De Croo, ces précautions constituent un "frein d'urgence" face au risque que représentent ces variants potentiellement résistant à la vaccination.