Le président du Vlaams Belang Tom Van Grieken a crié à la censure mardi, affirmant qu'un message posté sur sa page officielle Facebook, témoignant de ses condoléances à la famille et aux amis de Jürgen Conings, avait été retiré par le réseau social.

Un porte-parole de Facebook a confirmé à Belga qu'un message de sa page a effectivement été bloqué, car il "enfreignait nos règles par rapport aux individus et organisations dangereux". "Les contenus, groupes et pages qui soutiennent ou font l'éloge de terroristes, comme Jürgen Conings, ne sont pas autorisés sur Facebook ou Instagram".

Le président du parti flamand d'extrême droite a relayé sa critique sur Twitter. Selon une image qu'il y a postée, le message qui aurait été retiré souhaite de la "force à la partenaire, aux enfants, à la famille et aux amis" de Jürgen Conings, avant de conclure sur un "repose en paix". Il y fait surtout un parallèle avec un message posté également sur Facebook, mais par Marc Van Ranst, dans lequel le virologue témoigne de ses pensées pour les proches et enfants du militaire décédé, qui avait émis des menaces à son encontre. Ce message est quant à lui bien visible des internautes.


"Les autres, comme Marc Van Ranst, peuvent bien faire preuve de compassion. Ils ne sont pas censurés", accuse Tom Van Grieken via Twitter. Le Vlaams Belang, qui a aussi largement fait circuler la nouvelle, parle de "censure arbitraire".