La majorité PS-cdH a rejeté jeudi, à l'issue d'un débat parfois animé en commission du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, une proposition de résolution de l'opposition MR appelant à mieux protéger une série d'appellations culturelles et autres traditions populaires telles que la Saint-Nicolas ou le Père Fouettard, notamment en les inscrivant au patrimoine immatériel de l'Unesco. 

Comme nous vous l'annoncions ce matin, le MR exige un retour aux traditions chrétiennes. Dans le texte de leur initiative, les réformateurs s'inquiètent ainsi que les vacances de Noël soient dorénavant appelées "vacances d'hiver"; et celles de Pâques, "vacances de printemps".

Le MR justifie aussi sa résolution par la volonté de certains de supprimer la croix de la mitre de Saint-Nicolas, ou de bannir le Père Fouettard, une figure considérée par d'aucuns comme raciste ou pro-esclavagiste.

"Avec cette proposition, nous souhaitons mettre un terme à une tendance fort regrettable de ces dernières années, à savoir gommer ou modifier des

éléments-clés de nos traditions afin de ne pas déplaire à certaines communautésou cultures qui, dans les faits, n'ont absolument rien revendiqué de tel ! ", selon Jean-Luc Nix, l'un des signataires de la résolution.

"Je trouve dommage de brader nos fêtes, comme Saint-Nicolas, qui font partie de nos traditions depuis des centaines d'années. Ne renions pas nos origines! ", a-t-il défendu en commission.

La majorité PS-cdH a rejeté la proposition, qualifiée de populiste et trompeuse.

Pour Maxime Prévot (cdH), il est malhonnête de faire croire que les pouvoirs publics entendent supprimer les appellations vacances de Noël ou de Pâques, ces désignations étant celles précisément reprises dans la législation en place, a-t-il rappelé.

"En véhiculant ces fausses informations, vous participez à nourrir les amalgames que l'on peut voir sur les réseaux sociaux. Et vous nourrissez aussi le ressenti populaire que tout cela serait en fait lié à la présence de l'islam (en Belgique)", a-t-il fustigé.

Pour la majorité PS-cdH, il est étonnant de voir le MR défendre aujourd'hui la présence de la croix sur la mitre de Saint-Nicolas, alors que ce même parti a déposé en 2016 une proposition de loi pour interdire le port des signes convictionnels.

Au nom du PS, Patrick Prévot a dit ne pas comprendre ces "incongruités" du MR, ce même parti étant favorable à l'introduction d'un cours de philosophie et citoyenneté en remplacement des cours convictionnels dans l'enseignement officiel, a-t-il relevé.

Le débat en commission a donné lieu jeudi après-midi à un échange parfois animé entre députés.

Le texte a sans surprise été repoussé par la majorité PS-cdH. Le MR a voté pour, à l'exception de Jacques Brotchi qui s'est abstenu.