"Comme moi, vous avez entendu les réactions immédiates et indignées bien légitimes de ce secteur", commence Boris Dilliès dans un message adressé à Rudi Vervoort. Le bourgmestre d'Uccle exprime ses inquiétudes suite à la fermeture de la majorité du secteur culturel et aux réactions des experts "qui n’ont pas caché leur incompréhension" face à cette décision qui impacte la scène culturelle, "qui a pourtant démontré son adaptation et son adhésion à toutes les mesures imposées ces derniers mois".

"Cependant et même si le message des experts est de rappeler qu’il faut rester prudent face à l’arrivée massive d’un nouveau variant, ils sont abasourdis, et c’est un euphémisme, de voir ciblé le secteur qui prend tant de précautions et qui n’est pas identifié comme étant principalement à l’origine des hausses de contaminations", écrit le libéral, qui explique avoir toujours appliqué les décisions jusqu'ici. "Mais en tant que bourgmestre, aussi, accueillant des institutions culturelles sur son territoire, je suis déjà légitimement confronté à des personnes qui m’ont informé de leur volonté de laisser leurs portes ouvertes et il est fort à parier que d’autres demandes me parviendront dans les jours qui suivent".

Le bourgmestre demande donc à Rudi Vervoort de convoquer un Conseil régional de sécurité d'urgence afin que les 19 bourgmestres bruxellois se réunissent afin de "débattre et prendre attitude face au maintien de l’ouverture de ces institutions que nous ne pourrons clairement pas empêcher sous peine de donner une image encore plus désastreuse de ce qu’il se passe aujourd’hui".