Les deux hommes "ont accepté cette mission et feront rapport au Roi le 28 septembre". Dans les prochains jours, "nous nous mobiliserons pleinement avec les sept partis à la négociation, afin de doter enfin notre pays d'un gouvernement fédéral stable et solide", promettent les deux hommes dans un communiqué commun.

Le roi Philippe recevait à partir de 18h30 les préformateurs Egbert Lachaert (Open Vld) et Conner Rousseau (sp.a), qui avaient été prolongés lundi pour tenter de restaurer la confiance entre les 7 potentiels partenaires de la Vivaldi (PS, sp.a, Open Vld, MR, Ecolo, Groen et CD&V).

Leur mission a pris fin mercredi et on passe donc à l'étape de formation d'un gouvernement, après un accord dégagé in extremis mercredi après-midi avec le président du MR Georges-Louis Bouchez, sujet principal de récentes crispations entre les 7 partis de la Vivaldi.

"La confiance est rétablie. Un accord a été trouvé", se sont réjoui Egbert Lachaert et Conner Rousseau à la sortie du Palais. "Avec beaucoup de respect entre les partenaires, on a pu s'accorder sur la santé ou encore le pouvoir d'achat", a ajouté le président du sp.a.

"Les derniers jours ont été très difficiles", a admis son homologue de l'Open Vld. "Nous avons travaillé dur pour restaurer la confiance entre des partis d'idéologies différentes. Nous n'avons pas beaucoup dormi."

Le travail de formation d'un nouveau gouvernement fédéral peut à présent commencer. Paul Magnette et Alexander De Croo sont attendus chez le Roi lundi prochain. L'objectif est que le nouveau Premier ministre, vraisemblablement l'une de ces deux personnalités, prononce une déclaration à la Chambre le jeudi 1er octobre.

Dans une déclaration commune, le nouveau duo à la barre souligne ses ambitions: donner au pays "un gouvernement fédéral stable et solide", mais aussi "une issue à la crise" du coronavirus, "un chemin pour aller de l'avant".

"Sept partis à la table des négociations se sont engagés à porter ensemble un projet en faveur d'un pays soucieux du bien-être de tous, ne laissant personne de côté, en faveur d'une économie forte où chacun a de vraies chances, et en faveur d'une société durable qui prend à bras-le-corps la crise climatique. Une Belgique portant un regard ouvert sur le monde et une voie forte en Europe", déclarent encore le socialiste et le libéral. Ils veulent des "responsables politiques respectueux, instillant la confiance et recherchant des solutions".

Très rapidement après l'annonce des noms des co-formateurs, l'information circulait dans la presse que le MR était en réalité catégoriquement opposé à ce que Paul Magnette devienne formateur de la prochaine équipe, souhaitant éviter le socialiste carolo au 16. Cet élément est officiellement démenti par le parti libéral francophone en soirée, où l'on affirme ne pas vouloir commenter une décision du Palais. "Nous sommes totalement concentrés à travailler sur le fond afin d'avoir un gouvernement de plein exercice pour le 1er octobre", renchérit via Twitter le président de parti Georges-Louis Bouchez.